Accueil / ECONOMIE / Financement g5 sahel 414 millions d’euros d’engagements pour la force conjointe

Financement g5 sahel 414 millions d’euros d’engagements pour la force conjointe

Les chefs d’état des pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina, Tchad), ont participé le vendredi 23 février à Bruxelles (Belgique), à la conférence axée sur la participation au financement de la force conjointe du G5 Sahel, aux côtés du Président français Emmanuel Macron et le Président de la Commission de l’Union africaine, le Tchadien Moussa Faki Mahamat. Des promesses d’engagements fermes portent le total des fonds annoncés à 414 millions d’euros.

Confrontés à la double menace, qui est celle de la progression djihadiste et du crime organisé transfrontalier, les pays du G5 Sahel accélèrent la cadence pour rassembler les financements. Dans un délai immédiat. Car l’enjeu d’optimiser leurs forces face à l’ampleur des dégâts est de taille. Les défis sont militaire et politique. La délicatesse des urgences s’appuie sur deux initiatives : la force conjointe du G5 Sahel et l’Alliance Sahel. La première illustre l’engagement des gouvernements africains de prendre en charge leur propre sécurité. La seconde est une approche de réciprocité politique et diplomatique entre les États du G5 et les partenaires du développement.

Nécessité d’atteindre 480 millions d’euros

Durant le raout de Bruxelles, le Président nigérien Issoufou Mahamadou, qui a enfilé son « treillis  », s’est exprimé sur les défis auxquels sont confrontés les territoires en feu, du fait de la montée vertigineuse djihadiste. Il faut 480 millions d’euros a plaidé le président du Niger, Mahamadou Issoufou, qui s’inquiète de la pérennité des financements. Le patron de la Commission de l’Union africaine, le Tchadien Moussa Faki Mahamat a placé la mobilisation de ce financement à l’ordre des grandes priorités du Sahel, transformé en cible potentielle des milices djihadistes et autres réseaux criminels organisés et lourdement équipés.  La France avec à sa tête le Président Emmanuel Macron, participe aussi à la mobilisation internationale en faveur de ces deux initiatives qui agissent en synergie. La conférence de Bruxelles a pu mobiliser en termes de promesses fermes la bagatelle de 414 millions d’euros dont 50 millions annoncés par l’Union européenne.

Confidentiel Afrique

À voir aussi

Pétrole: 16 800 milliards récoltés sur 30 ans

Petrosen a estimé les recettes que pourraient générer les gisements pétroliers et gaziers de Sne …

Macky Sall: «Il n’y a pas de malédiction du pétrole qui tienne »

Le Président de la République, Macky Sall,  a présidé hier la concertation nationale sur la gestion …