ACTUALITE

Financements occultes de la campagne électorale de 2012 Lamine Diack mouille l’opposition

  • Date: 19 décembre 2015

Lamine Diack mouille l’opposition

Lamine Diack a-t-il financé l’opposition pour faire partir Abdoulaye Wade en 2012 ? En tout cas, l’ancien président de l’IAAF aurait confié aux enquêteurs français dans le cadre de la corruption qui éclabousse l’IAAF que des fonds russes auraient contribués au financement de l’opposition sous Wade en 2012

La corruption au sein de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a-t-elle servi à financer une campagne électorale de l’opposition sous Abdoulaye Wade en 2012 ? Quel candidat a donc pu bénéficier des largesses du système Diack ? L’ancien président de l’IAAF répond à ces questions, dans ses auditions, en se bornant à parler d’un soutien à l’opposition. L’on se rappelle qu’en 2012, Diack a, en effet, très sérieusement envisagé de se présenter à l’élection présidentielle et aurait même sollicité ses amitiés russes pour financer sa campagne électorale. « Le Monde » qui s’est procuré ses déclarations, a fait des révélations sur les aveux passés par Lamine Diack mis en examen pour corruption passive et blanchiment aggravé. Diack a expliqué dans le détail la procédure qui lui a permis de recevoir de fortes sommes d’argent de la part de la fédération russe. Au départ, il s’agissait pour Diack, selon « Le Monde », de s’opposer à Abdoulaye Wade, le président du Sénégal d’alors, lors des élections présidentielles et législatives de 2012. « Je vous ai dit qu’il fallait à cette période gagner la bataille de Dakar, c’est-à-dire renverser le pouvoir en place », a-t-il raconté. « Il fallait pour cela financer notamment le déplacement des jeunes afin de battre campagne, sensibiliser les gens à la citoyenneté. (…) J’avais donc besoin de financements pour louer les véhicules, des salles de meetings, pour fabriquer des tracts dans tous les villages et tous les quartiers de la ville », explique Lamine Diack au juge Van Ruymbeke, chargé de l’instruction, selon les procès-verbaux dont « Le Monde » s’est procurés. « C’est (Valentin) Balakhnichev (le président de la fédération russe) qui a organisé tout ça », ajoute-t-il. Au même moment, se pose le problème d’athlètes russes aux passeports biologiques anormaux et donc sous la menace de suspension pour dopage. Avec Habib Cissé, son conseiller juridique, et Gabriel Dollé, le responsable du département médical et antidopage de l’IAAF, tous deux également mis en examen pour corruption passive, Lamine Diack couvre les pratiques dopantes et retarde les suspensions, en échange d’argent. « Nous nous sommes entendus, la Russie a financé », déclare-t-il au juge Van Ruymbeke, chargé de l’instruction. « C’est (Valentin) Balakhnichev (le président de la fédération russe) qui a organisé tout ça ». Papa Massata Diack (l’un des fils de Lamine Diack) s’est occupé du financement avec Balakhnichev. (…) « Quand j’ai sollicité une aide de la part de Balakhnichev, je lui ai dit que pour gagner les élections, il me faudrait environ 1,5 million d’Euros. (…) Il m a dit : On va essayer de les trouver, il n’y a pas de problème. » Ce que Valentin Balakhnichev a démenti, toujours dans « Le Monde » : « Ni moi ni ma fédération n’avons été impliqués dans une telle discussion ou affaire avec M. Diack. Ce type de business n’est pas de notre intérêt et pouvoir. Nous ne pouvons pas interférer dans les affaires intérieures du Sénégal. »

« La campagne de Macky Sall s’élevait à 10 millions de F Cfa »

L’Apr a tenu à démentir formellement « Le Monde », à travers son article intitulé : « Comment la Russie a été invitée à financer la campagne électorale au Sénégal », paru, hier, 18 décembre 2015. À en croire l’Alliance pour la République (Apr), «Lamine Diack n’a pas financé la campagne du candidat Macky Sall en 2012, ni directement ni indirectement». Il n’a jamais été question, dans l’article cité en référence, de propos de Lamine Diack mettant en cause le Président Macky Sall, dément le porte-parole de l’Apr. Avant de préciser : « La victoire du candidat Macky à l’élection présidentielle de 2012 est, incontestablement, le résultat d’un processus historique, social et politique authentique, de son engagement constant auprès des populations rencontrées lors de ses tournées nationales et de la décision de celles-ci qui l’on élu, le 25 mars 2012, président de la République du Sénégal, à plus de 65 % des suffrages valablement exprimés. » Dans ce cadre, les militants et responsables de l’Alliance pour la République (Apr) encouragent le président de la République à consolider son option résolue pour la gouvernance vertueuse, la transparence et la reddition des comptes qui constituent, entre autres, les conditions du véritable développement dans notre pays et des gages de la défense des intérêts des citoyens. Du côté de la présidence de la République, c’est le même son de cloche. « Nous n’avons reçu aucun financement de M. Lamine Diack et a fortiori de la Russie », a assuré, El Hadj Kassé, ministre Chargé de la communication de la présidence. « Notre campagne, nous l’avons financée à partir de nos propres ressources, de nos militants. Nous n’avons pas mené une campagne à l’américaine. Tous les Sénégalais peuvent en témoigner », recadre-t-il précisant que le budget de la campagne de Macky Sall s’élevait à 10 millions de F Cfa. En tout cas, jusque-là rien ne permet d’attester que Lamine Diack ait joué un rôle dans la campagne du candidat Macky Sall. Le principal concerné, Lamine Diack, lui-même a démenti sur la Tfm avoir financé la campagne de Macky Sall et la seule fois qu’il a rencontré le président Sall c’est quand ce dernier est venu le trouver à Monaco pour lui faire part de sa volonté et de celle de l’opposition sénégalaise de le voir se présenter à la présidentielle de 2012 pour faire la transition.

M. BA

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15