Accueil / ECONOMIE / Finances – Mobilisation des ressources : Légère hausse en janvier

Finances – Mobilisation des ressources : Légère hausse en janvier

La Direction de la prévision et des études économiques (Dpee) a relevé au cours du mois de janvier, une «progression modérée des ressources et exécution satisfaisante des dépenses».

Au cours du mois de janvier 2016, la gestion budgétaire a été marquée par un rythme de mobilisation modéré des ressources. En effet, les ressources mobilisées sont évaluées à 120,6 milliards de francs Cfa contre 119,5 milliards un an auparavant, soit une hausse de 1%, relève la Direction de la prévision et des études économiques.   Ces ressources, explique la Dpee dans sa dernière note mensuelle de conjoncture, «sont réparties en recettes budgétaires pour 109,2 milliards de francs Cfa et en dons pour 11,4 milliards. Les recettes budgétaires ont enregistré un léger accroissement de 0,6 milliard, soit un taux de 0,6% grâce, notamment, aux recettes fiscales qui se sont accrues de 8,6% pour ressortir à 107,5 milliards. L’amélioration des recettes fiscales est imputable aux résultats appréciables relevés au titre des recouvrements de l’impôt sur le revenu estimés à 24 milliards, de  l’impôt sur les revenus des valeurs mobilières (Irvm), 12,6 mil­liards, du  Fonds de sécurisation des importations de produits pétroliers (Fsipp), 11,7 mil­liards et de la taxe spécifique sur le pétrole, 5,1 milliards, en hausse respectivement de 1,2 milliard, 3,1 milliards, 9,4 mil­liards et 2,4 milliards». Cette bonne orientation, mentionne le document, «a permis de contenir la baisse enregistrée dans la mobilisation des recettes douanières de 5,5 milliards, de celle de Tva intérieure hors pétrole de 0,3 milliard et des droits d’enregistrement, 2,2 milliards de francs Cfa…». Cette progression de la mobilisation des ressources a été conjuguée à une exécution satisfaisante des dépenses. La Dpee indique : «Les dépenses totales et prêts nets, estimés à 176,3 milliards de francs Cfa, ont   enregistré une hausse significative de 45 milliards sur un an. Cette augmentation reflète l’effet conjugué de la hausse des dépenses d’investissement de 57,1% et des dépenses courantes de 28,2%». S’agissant des dépenses en capital, d’après la note, «elles sont évaluées à 43,2 milliards contre 27,5 milliards un an auparavant, grâce, nota­mment, aux dépenses en capital financées sur ressources internes évaluées à 20,7 mil­liards, en hausse de 11,9 milliards. Pour ce qui est des dépenses courantes, elles ont été sensiblement affectées par le niveau des transferts (73 mil­liards) en progression de 32,2 milliards. Ce renforcement traduit la prise en charge de dépenses prioritaires au niveau de l’agriculture (intrants) et de l’enseignement supérieur (Uni­versités, bourses).» Quid des charges de personnel, la Dpee souligne qu’elles «sont ressorties à 45,8 milliards, soit un accroissement de 5,4 milliards sur un an. En revanche, les charges d’intérêts sur la dette publique (10,6 milliards) et les dépenses de fonctionnement (3,7 milliards) se sont inscrites en repli, respectivement de 3,5 milliards et de 4,8 milliards.
Au total, le solde budgétaire (dons compris) est estimé en déficit de 55,7 milliards au mois de janvier 2016 contre 11,9 milliards à la même période de l’année précédente».

Le quotidien

À voir aussi

Cogestion des ressources marines et cotières Les acteurs pour les meilleures pratiques d’une pêche durable

Dakar abrite depuis hier un atelier sous régional de formations sur les meilleures pratiques de …

Air Sénégal se dote de deux nouveaux avions

REWMI.COM- L’ouverture officielle annoncée de l’aéroport international Blaise Diagne (Aibd) dope la volonté de l’Etat …