Accueil / CULTURE / Fonds de développement des cultures urbaines : 200 millions de FCfa à 38 porteurs de projet

Fonds de développement des cultures urbaines : 200 millions de FCfa à 38 porteurs de projet

Le Soleil- Le ministère de la Culture et de la Communication a procédé, hier, à la signature  des conventions avec les bénéficiaires du Fonds de développement des cultures urbaines (Fdcu). Au total, 38 projets (allant de 2 à 10 millions de FCfa) couvrant toutes les régions du pays ont été retenus pour bénéficier de ce fonds, soit une enveloppe d’un montant global 200 millions de FCfa.

Pour accompagner le secteur des Cultures urbaines au Sénégal, le président de la République avait pris la décision de mettre à la disposition des acteurs de ce secteur, un Fonds de développement des cultures urbaines (Fdcu) d’un montant global de 300 millions de FCfa.  Cette décision qui avait été bien accueillie par les acteurs des Cultures urbaines, s’est concrétisée hier, à la Maison de la Culture Douta Seck, par la signature de conventions entre le ministère de la Culture et les bénéficiaires de ce Fonds.

Selon le secrétaire général du ministère, Birane Niang, pour l’octroi du Fdcu dans l’équité et la transparence, le département de la Culture et de la Communication a mis en place un Comité de lecture et de gestion du fonds. A l’en croire, ces organes chargés de la collecte, de la réception et de l’attribution des subventions ont reçu et  évalué 103 dossiers venant des 13 régions du Sénégal mais avec une forte participation de la région de Dakar.

D’après le représentant du président du Comité de lecture, Cheikh Diaw, par ailleurs responsable du Service des études de planification au ministère de la Culture, ils ont procédé à la lecture des 103 dossiers reçus. « Pour la lecture des dossiers, nous nous sommes organisés en binôme avant de se retrouver pour des croisements. Et nous avons fait tout cela à partir d’une grille de notation et sur la base de critères, à savoir la pertinence du projet, la qualité du contenu artistique, les résultats attendus et l’impact du projet au plan culturel, économique et social, la cible et la mise en perspective du projet », indique-t-il.

103 dossiers déposés

Il a également précisé que c’est en procédant en fonction de ces critères et grille de notation qu’ils ont retenu 38 projets sur les 103 dossiers déposés et jugés recevables après lecture. Parmi les bénéficiaires du Fdcu figurent l’Association «Kaay Fecc», Africulturban, Studio Sankara, «Da Brains», Guediawaye Hip hop, «Bideew Bu Bess», l’Association des jeunes rappeurs de Bignona, Rams Fest de Sédhiou, l’Association des rappeurs de Thiès, l’Association des artistes pour la culture urbaine de Kolda, Free Label de Tambacounda, Festival «Na nga def»  de Kaffrine, Sine production entre autres. Aussi, souligne Cheikh Diaw qu’ils ont fait quelques recommandations relatives à la formation en écriture de projets pour aider les bénéficiaires à améliorer leurs compétences dans ce domaine, au ciblage des régions non bénéficiaires pour éviter que tout soit concentré dans 2 ou trois régions car l’objectif est d’essaimer tout le territoire du Sénégal et surtout veiller à ne pas donner l’intégralité des sommes en début de projet.

Présidant la cérémonie de signature de cette convention pour les bénéficiaires, le secrétaire général du ministère de la Culture, Birane Niang, a félicité et remercié tous ceux qui ont œuvré à la réussite éclatante des différentes phases du projet. A l’en croire, les 38 projets retenus répondent aux critères techniques contenus dans le manuel de fonds,  soit une enveloppe de 200 millions de FCfa. « Le montant restant sera destiné de façon prioritaire à l’appui des événements du secteur, à la formation avec un volet formation des formateurs adressée aux directeurs de centres culturels et autres opérateurs culturels travaillant  dans les cultures urbaines, ainsi qu’une formation ciblée pour les acteurs eux-mêmes », indique-t-il.

Obtention de résultats concrets

Pour la mise à disposition des montants alloués, il a été opté pour la formule de libération en deux tranches. « En début de projet 80% de l’enveloppe sont remis. Les 20% restants sont disponibles dès la livraison du rapport d’exécution. Il s’agit ainsi de favoriser la réalisation effective du projet », fait savoir M. Niang. A ceux qui n’ont pas vu leurs projets retenus, Birane  Niang leur recommande de s’armer de patience et d’abnégation en profitant encore des prochaines sessions  de formation pour présenter au prochain appel des propositions de qualité.

Bénéficiaire de ce fonds, la présidente de l’Association «Kaay Fecc», Gacirah Diagne, a remercié le ministère de la Culture pour ce montant alloué et « cette marque de reconnaissance ». Sinon, elle souhaite que les bénéficiaires reçoivent les subventions quinze jours avant le début de leurs activités, que l’accès à la scène nationale soit démocratisée et qu’un fonds soit mis en place pour son fonctionnement afin que les acteurs puissent mener leurs activités culturelles à bien avec cette scène nationale et que le fonds soit augmenté au moins à 700 millions de FCfa. Aussi, appelle-t-elle les  acteurs du secteur à relever le défi des fonds alloués par l’obtention de résultats concrets.

Même son de cloche chez Didier Awadi du Studio Sankara qui apprécie aussi cet acte posé par les autorités pour les cultures urbaines. « Cela prouve que nous sommes reconnues comme faisant partie de la culture et que nous avons une importance dans la société. Cette reconnaissance nous l’apprécions à sa juste valeur. Maintenant, c’est à nous de savoir gérer ce fonds pour qu’on le double sinon on sera la risée de toute l’histoire », indique-t-il.

Maguette Guèye DIEDHIOU

Share This:

À voir aussi

Ousmane Sembène, « l’aîné des anciens du cinéma africain »

Le 9 juin 2007, disparaissait Ousmane Sembène , « l’aîné des anciens du cinéma africain », le …

DÉCÈS DU SCULPTEUR SÉNÉGALAIS NDARY LO A LYON

Le sculpteur Sénégalais Ndary Lo est décédé dans la ville de Lyon, en France à …