modyguiro_0 (1)

FORMATION PROFESSIONNELLE-LE MODELE SUISSE IMPLANTE AU SENEGAL

Stimuler le partenariat publicprivé et associer plus activement les partenaires sociaux dans la mise en oeuvre de la réforme de la formation professionnelle au Sénégal. Tel est l’objectif visé par le symposium international sur la formation professionnelle qui a eu lieu hier. Cette rencontre de deux jours est organisée par le ministère de la Formation professionnelle en partenariat avec la Suisse.

Depuis 2013, des rapports entre experts de la formation professionnelle des deux pays ont été développés pour la mise en place au Sénégal, d’un modèle de formation professionnelle. C’est dans ce sens qu’un symposium sur la formation professionnelle a été organisé hier. Le Premier ministre Mohamed Boun Abdallah Dionne est d’avis que l’objectif stratégique du gouvernement, à travers le programme d’amélioration de la qualité et l’équité (Paquet), vise à accueillir 30% des sortants du cycle fondamental dans la formation professionnelle et technique à l’horizon 2025. «Le mode d’organisation et de gestion de la formation professionnelle dual que nous voulons construire à la lumière du modèle suisse pour l’implémentation dans tous les dispositifs de formation professionnelle et technique, contribuera sans nul doute à l’amélioration qualitative de l’offre nationale de formation et soutiendra de manière efficace la mise en oeuvre de la politique économique et sociale de qualification des ressources humaines de notre pays», a expliqué le chef du gouvernement.

Pour cela, le gouvernement s’est attelé à inscrire le stage dans le code du travail et à moderniser le texte sur l’apprentissage. «Les deux dispositifs juridiques ont l’avantage de donner plus de possibilités aux entreprises pour utiliser les jeunes en stage ou de les préparer à l’occupation efficace d’un premier emploi. Le Président Macky Sall a décidé de transférer progressivement la totalité des crédits tirés de la contribution forfaitaire à la charge de l’employeur(CFCE) à la formation professionnelle à l’horizon 2018», annonce t’il. Dans son intervention, le ministre de la formation, de la jeunesse en Suisse, Anna Catherine Lyon indique que : «Il faut amener l’école dans l’entreprise et l’entreprise dans l’école. Cette idée, c’est celle du modèle dual de formation professionnelle et technique qui alterne l’apprentissage pratique en entreprise et l’enseignement théorique en école».

Poursuivant, le ministre Suisse estime : «En Suisse, le modèle dual de formation est le fruit d’une évolution de plus de cent ans et de conditions politiques, économiques et sociales particulières». A l’en croire, Il est surtout le résultat de l’investissement collectif et pérenne d’un pays sans autres ressources naturelles que la matière grise, l’énergie et le savoir-faire de sa jeunesse pour créer les emplois et la prospérité de demain. «La clé du succès de ce modèle réside dans le consensus politique et le dialogue constant qui doit animer l’ensemble des partenaires du secteur public et privé rassemblés autour d’un même objectif qui est d’offrir une formation de qualité qui réponde aux besoins de l’économie. Les économies de nos deux pays se ressemblent bien plus qu’on ne le pense», dit-elle.

MODY GUIRO, SECRETAIRE GENERAL DE LA CNTS «L’ECOLE ACTUELLE FORME DES CHOMEURS…».

Le symposium a réuni toutes les parties prenantes notamment les syndicalistes. Selon le secrétaire général de la Cnts, cette activité garantira l’avenir de plusieurs milliers de jeunes sénégalais. «Nous accordons une importance particulière à la formation professionnelle car comme nous le savons tous, l’école actuelle forme et continue de former des jeunes qui viennent grossir le rang des chômeurs. La formation professionnelle constitue le socle crédible et performant de base de la promotion de l’emploi dans tous les pays». Cependant, pour Mody Guiro, 75 millions de jeunes à travers le monde sont à la recherche d’un emploi. «C’est la raison pour laquelle nous demeurons convaincus que l’implémentation réussie d’un modèle de formation professionnelle duale au Sénégal, contribuera de manière significative à la lutte contre le chômage des jeunes, à travers des programmes de formation professionnelle et technique en vue de leur insertion dans le marché du travail», prône t il.

Ainsi, il lance un appel aux travailleurs pour que ce symposium stimule le partenariat public/privé, associe plus largement et plus activement les partenaires sociaux et établisse un dialogue tripartite sincère et transparent (Etat, patronat, syndicat) autour de la réforme de la formation professionnelle au Sénégal.

L’As

Voir aussi

barthelemy dias

Barthelemy Dias octroie des bourses aux étudiants de sa commune

L’éducation et la formation font des préoccupations majeures du maire de Sacré Coeur. En effet, …