Accueil / Education / Forum panafricain sur les politiques éducatives : La société civile africaine se penche sur les nouveaux cadres de l’éducation

Forum panafricain sur les politiques éducatives : La société civile africaine se penche sur les nouveaux cadres de l’éducation

Le Forum panafricain sur les politiques éducatives s’est ouvert hier à Dakar. Les participants sont invités à échanger sur les défis à relever dans la planification, le financement et le suivi de l’agenda pour l’éducation 2030.

Lors de l’évaluation des résultats de l’agenda des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd) mis en œuvre de 2000 à 2015, un constat s’est imposé : l’éducation pour tous demeure un agenda non achevé à l’échelle mondiale et encore plus en Afrique. Ce qui appelle des efforts concertés pour combler tous les écarts. Dans cette dynamique, les organisations de la société civile africaine, déjà fortement impliquées pour une école inclusive et de qualité, n’entendent pas être en reste. Le Forum panafricain sur les politiques éducatives qui s’est ouvert hier à Dakar sera l’occasion pour ces organisations de la société civile et leurs partenaires de passer en revue les nouveaux cadres de l’éducation, d’en discuter et de concevoir des stratégies pour un suivi ainsi qu’un plaidoyer efficace aux niveaux national, régional et international.
Cette rencontre se tient à une période de transition entre l’adoption de l’agenda global post 2015 suite à la mise en œuvre  des Omd, le Cadre d’actions de Dakar de l’Ept et la Seconde décennie de l’éducation pour l’Afrique de l’Union africaine. Pour M. Békélé du Conseil d’administration d’Africa network campaign on education for all (Ancefa), au regard de tout cela, il n’est plus question d’agir comme à l’accoutumée. Il a invité les pays à trouver de nouvelles façons d’opérer pour lutter contre l’illettrisme. « Nous ne pouvons pas continuer à prétendre ne pas voir les 31 millions d’enfants d’Afrique, les 50 millions de jeunes et les 190 millions d’adultes qui manquent de compétences de base en lecture et sont destinés à une pauvreté abjecte si on ne fait rien. Nous ne pouvons pas continuer à jouer la sourde oreille face aux cris de millions d’enfants qui passent de nombreuses années à l’école sans obtenir des résultats; ni à des millions d’enseignants qui ne sont pas dûment récompensés pour leur travail », a-t-il affirmé. Il a appelé les gouvernements à investir plus d’énergie dans la mobilisation des ressources et d’allouer au moins 6% de leur Pib ou 20% du budget national à l’éducation.
De l’avis du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le choix du thème de ce forum, « l’Agenda pour l’éducation 2030 : relever les défis dans la planification, le financement et le suivi », est judicieux, notamment après l’adoption des Objectifs de développement durable au mois de septembre dernier à New York et de l’agenda de l’éducation 2030 au cours de la 38ème Conférence générale de l’Unesco à Paris. Pour Mary Teuw Niane, « au moment où nous nous engageons sur la voie de la réalisation du but et des objectifs de l’éducation 2030, il est nécessaire non seulement de planifier de façon adéquate, mais aussi de disposer de financement suffisant et de faire un suivi régulier pour s’assurer que nous sommes sur la bonne voie ». Le Pr Niane a listé de nombreux chantiers ou réalisations dans le domaine de l’enseignement supérieur au Sénégal dans le but de réaliser le droit de tous les citoyens à une éducation de qualité. Toutefois, il a admis que le Sénégal continue de faire face à un certain nombre de défis que le gouvernement s’efforce de relever afin d’atteindre les objectifs de l’éducation 2030.

Le Soleil

À voir aussi

Orientation de 45 171 nouveau bacheliers les demandes d’admission et de préinscription ont démarré

Les 45 171 nouveaux bacheliers qui ont décroché le Baccalauréat, sont invités à formuler leurs …

Des centrales syndicales réaffirment leur volonté de travailler à une unité syndicale

Cinq centrales syndicales sénégalaises du secteur de l’éducation ont réaffirmé mardi à Dakar « leur volonté inébranlable » …