Accueil / POLITIQUE / Le Frn récuse Babacar Gaye et Majib Ndiaye

Le Frn récuse Babacar Gaye et Majib Ndiaye

Le Frn exclut le Pr Babacar Guèye du Cosce et Mazide Ndiaye de Pacte, les choix de la Société civile, pour diriger les concertations.

Un premier pas a été fait, jeudi dernier, vers le dialogue national. La majorité et l’opposition ont finalement accepté qu’une personnalité neutre et indépendante soit désignée pour diriger les concertations. Mais le Front de résistance nationale récuse le Pr BabacarGuèye du Cosce et Mazide Ndiaye de Pacte, les choix de la Société civile.

Coordonnateur du Front de résistance nationale (Frn), Moctar Sourang a exclu la Société civile sénégalaise sur la désignation des choix portés sur les modérateurs du dialogue national, prévu le 28 mai, avant d’annoncer le retour du Parti démocratique sénégalais (Pds) de Abdoulaye Wade.

« Pour nous, les membres de la Société civile sont des facilitateurs et des observateurs, ils doivent avoir une voix délibérative. Nous pensons que les personnes qu’ils ont proposées (Babacar Gaye et Majib Ndiaye) auront un rôle plus important dans les commissions cellulaires. Ils ont toujours joué un rôle d’observateurs et cette société civile devra plutôt être au coté de la commission pour l’appuyer », a dit M. Sourang sur la Rfm.

Moctar Sourang n’a pas donné de nom, mais a demandé à regarder le rôle que les anciens généraux ont joué dans la consolidation de la démocratie et dans l’organisation de toutes les discussions des élections. Mais aussi d’anciens magistrats. Pour lui, les critères doivent porter sur des gens à la retraite.

Selon lui, le dialogue doit concerner uniquement le pouvoir et l’opposition, avant d’ajouter qu’après une rencontre samedi avec le président Abdoulaye Wade, le Parti démocratique sénégalais a décidé de prendre part à toutes les réunions pour mener le combat de l’approfondissement de la démocratie.

 

Libérer Khalifa et Karim pour faciliter le dialogue

Le Front citoyen pour la libération de Khalifa Sall a rencontré Alioune Tine, ex-président de la Raddho, pour lui soumettre un plan d’action pour la libération de Khalifa Sall.Lors d’un point de presse, Abou Diallo, membre du Front pour la libération de Khalifa Sall, a signifié qu’il faut un plaidoyer national très fort pour libérer d’abord Khalifa Sall, ce qui va faciliter la tenue du dialogue national.  Alioune Tine de s’engouffrer dans la brèche et d’affirmer qu’il serait important de libérer d’abord les «otages politiques», à savoir Karim Wade et Khalifa Sall, afin de conférer une plus-value à ce dialogue national…

Mada NDIAYE

À voir aussi

Dialogue politique: la nouvelle exigence de l’opposition

La Direction générale des élections (Dge) accueille le dialogue politique conduit par l’ancien ministre de …

Abuja : Moustapha Cissé Lo accueille les présidents Macky et Barrow

Le president Macky Sail accompagne par le president de la republique de Gambie Mr Adama …

Un commentaire

  1. E n fait tout ça a déjà été prévu par Macky. Le problème avec l’opposition c’est qu’elle est toujours en retard par rapport à Macky. Libérer Khalifa, accepter le retour de Karim, installer une commission cellulaire avec une ou des personnalités neutres, tout ça Macky a déjà fait l’analyse des avantages et des inconvénients et il est prêt à tout accepter. Mais ce qu’il va demander en contrepartie, c’est ça que l’opposition doit savoir et sur quoi elle doit travailler avant de tomber tête baisser dans les filets de Macky.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.