Accueil / SOCIETE / G8 et conseil de sécurité des Nations-Unies : Nicolas Sarkozy favorable à leur réforme

G8 et conseil de sécurité des Nations-Unies : Nicolas Sarkozy favorable à leur réforme

Devant 600 journalistes présents à sa première grande conférence de presse, tenue hier, Nicolas Sarkozy s’est prononcé sur plusieurs questions de l’actualité française et internationale. Le président français en a profité pour dire la nécessité de réformer le G8 et le Conseil de sécurité de l’Onu.

Source : Walf fadjri
(Correspondant permanent à Paris) – Les partisans africains de la réforme du Conseil de sécurité ont trouvé un avocat de taille en la personne de Nicolas Sarkozy. Le président français, lors de sa première conférence de presse depuis son élection, s’est dit disposé à plaider la réforme du Conseil de sécurité et du G8. Concernant ce regroupement des pays les plus riches de la planète, Nicolas Sarkozy propose que le G8 se transforme en G13. ‘Le G8 doit devenir G13’, déclare-t-il. Son principal argument : ‘On se réunit sans la Chine, sans l’Inde, sans le Brésil, sans l’Afrique du Sud (…) Et on se priverait de 2,5 milliards d’habitants ? Imaginer qu’on puisse régler les problèmes du monde sans demander son avis à un seul pays africain ?’. Sarkozy enchaîne aussitôt pour dire : ‘De même pour le Conseil de sécurité de l’Onu, on ne peut pas organiser le monde du 21e siècle avec les organisations du 20e (…)’. Et d’assurer que ‘la France sera l’avocate de ces changements’. Le président français a informé que sur toutes ses questions, il a saisi ses pairs du G8. Il a consulté le président Bush et le secrétaire général de l’Onu sur la question ainsi que ses homologues européens. Il attend des réponses de ces derniers. Mais il dit ne pas désespérer sur cette volonté de réformer.

Alors, c’est le président Wade et ses pairs africains qui trouvent là un soutien. Au moment où leur campagne sur la question s’essouffle. Alors qu’ils avaient fait de la réforme du Conseil de sécurité leur cheval de bataille. D’ailleurs le Sénégal avait postulé à la candidature d’entrée au Conseil de sécurité en faisant valoir sa démocratie et sa stabilité politique comme atouts. Mais, il y a quelques jours, le président Wade y a renoncé conscient que cette candidature n’a pas beaucoup de chance devant les pontes comme le Nigeria, l’Afrique du Sud, etc. Il préfère maintenant soutenir la candidature sud-africaine.

Par rapport à l’immigration, le président français a réaffirmé ses positions sur cette question dont la principale est la reconduite aux frontières – pour ne pas dire expulsion, terme que les autorités françaises rechignent à utiliser – des sans-papiers. ‘S’agissant de la politique de l’immigration, nous irons jusqu’au bout de la politique des quotas, parce que c’est la seule solution’, croit Nicolas Sarkozy. Pour lui, ‘à force de ne pas avoir expulsé ceux qui devaient l’être, on a encouragé, en France, le développement de réseaux criminels qui exploitent la misère’. Et le Chef de l’Etat français de poursuivre : ‘J’ajoute que Romano Prodi et José-Luis Zapatero, socialistes, ont déclaré récemment qu’ils ne procéderaient plus à des régularisations massives’. Toujours sur cette question de l’immigration, Nicolas Sarkozy avance qu’il faut ‘supprimer cette bizarrerie française qui veut qu’en matière de droit des étrangers, il y a deux juridictions : administrative et judiciaire. Il faut qu’il n’y en ait plus qu’une’.

Parlant de l’audiovisuel public français qui ploie sous le poids des problèmes de financement, il projette paradoxalement la suppression de la publicité sur les chaînes audiovisuelles publiques françaises. ‘Je veux une révolution culturelle du service public de la télévision. Si la télévision publique fonctionne de la même manière que les chaînes privées, je ne vois pas l’intérêt d’avoir une télévision publique’, croit-il. Pour lui, ‘elle ne peut pas fonctionner uniquement sur des considérations mercantiles (…) Je ne veux pas dire que la télévision publique doit être élitiste ou ennuyeuse mais il faut changer en profondeur son cahier des charges. Il faut réfléchir à la suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques’, lache-t-il.

Comment va-t-elle alors être financée ? Le président français à sa petite idée. ‘Elle sera financée par des taxes minimes sur les recettes publicitaires des chaînes privées et sur les nouveaux moyens de communication’, répond-il. Si cela pouvait donner des idées aux autorités sénégalaises ! Autre chose qui pourrait stimuler la réflexion des autorités sénégalaises, c’est la question de la protection des sources. Répondant à une question sur la protection des sources des journalistes, il dira : ‘Sur la protection des sources et du domicile, je suis d’accord. Un journaliste ne doit pas donner ses sources (…) Je préfère l’excès de presse à pas de presse (…) Donc, en 2008, nous ferons ce texte’.

D’autres questions ont été abordées. Il s’agit de son éventuel mariage annoncé le 8 ou le 9 février prochain. Sur cette question de sa vie privée, le président français a assuré que ses relations avec Carla Bruni, ‘c’est du sérieux’. Mais il ajoute aussitôt que ce n’est pas le Journal du dimanche, un hebdomadaire français paraissant tous les dimanches qui a donné l’information, ‘qui en fixera la date’. Mieux, ‘il y a de fortes chances que vous (les journalistes) l’appreniez après qu’il a été fait’.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat français a marqué sa volonté de voir supprimées les 35 heures qui sont la durée légale du temps de travail en France. Il est aussi revenu sur sa nouvelle trouvaille : la politique de civilisation, expression empruntée au sociologue Edgar Morin qu’il a reçu avant-hier au palais de l’Elysée. Pour Sarkozy, ‘la politique de civilisation, c’est la politique de la vie, c’est la politique qui est nécessaire quand il faut reconstruire des repères, des normes, des valeurs’.


À voir aussi

Revue de presse du jeudi 21 Juin

Les journaux sénégalais parus jeudi proposent, pour la plupart, des analyses sur la prestation des …

Le gendarme raquetteur arrêté

Le gendarme pris en flagrant délit de racket a été mis aux arrêts. Selon des …