SOCIETE

GAMOU DE MBEULEUKHÉ- Un évènement, deux dates

  • Date: 13 janvier 2016

 Alerte, Alerte ! Il faut parer à toute éventualité avant qu’il ne soit trop tard pour éviter le pire à Mbeuleukhé, une cité religieuse avec  un seul événement pour deux dates. En cause : des raisons politico- religieuses.

On ne le dira jamais assez, cette année le Gamou annuel de Mbeuleukhé est parti pour être célébré à deux reprises. Pour rappel, Mbeuleukhé est une cité religieuse du département de Linguère fondée par El Hadji Daouda Dia qui fut un grand «Moukhadam» de Seydi El Hadji Malick Sy. Du jamais vu dans ce foyer religieux du Djoloff,  qui a son événement (Gamou annuel) avec ses deux dates différentes. En ce moment, les dates du samedi 16 janvier 2016 et du samedi 23 janvier 2016 alimentent les discussions dans les lieux publics du Djoloff voire dans certains coins et recoins du pays. En effet, si Abib Dia, fils-aîné de l’actuel khalife de Mbeuleukhé, El Hadji Moussa Dia malade et alité depuis longtemps, choisissent la date de samedi 16 janvier 2016 pour célébrer le Gamou annuel de Mbeuleukhé, l’ancien parlementaire devenu en ce moment Maire de Mbeuleukhé Aliou Dia et une partie de la famille Dia maintiennent le samedi 23 janvier 2016 pour célébrer le même évènement. Une chose qui n’est pas du tout appréciée par bon nombre de talibés d’El Hadji Daouda Dia qui souhaitent la tenue de l’événement religieux dans l’unisson. À cet effet, des supputations vont bon train comme quoi est-ce que les Gamous battraient des records d’affluence d’autant plus que certains fidèles, pour des raisons de sécurité, préféreraient rester chez eux. Les jours à venir nous édifierons. Selon certaines sources, ce seraient des raisons politico-religieuses au sein de la famille Dia de Mbeuleukhé qui sont à l’origine des désaccords.

À signaler que la cérémonie officielle du Gamou de Mbeuleukhé, édition 2014, a été transformée en véritable salle de boxe entre les partisans d’Aliou Dia de la CRC et ceux du Docteur Daouda Dia de l’Apr. Toutefois, tout est bien qui finit bien car, aujourd’hui, les deux frères Dia s’entendent parfaitement. Cependant, les camps qui seraient animés par les démons de la division concernent la coordination du Gamou à savoir le fils aîné du khalife, Abib Dia et son jeune frère Seydou Dia. D’après certaines sources, ils seraient épaulés par Mor Maty Sarr et Idy Thiam de l’Unacois à l’opposé d’Aliou Dia et ses frères Khalifa, Daouda, Serigne Dame, Marame Sall, entre autres.

Face à cette situation, l’intervention des autorités religieuses de Tivaoune et Touba mais aussi celle de l’État, au premier rang   le président de la République, Macky Sall, pour trouver une issue heureuse à ce problème serait vivement appréciée. À en croire des informations recoupées çà et là, le premier a voulu installer des bâches devant la  grande mosquée où se tient la cérémonie officielle de l’événement, le second aurait dit niet ce qui instiguerait des querelles qui pourraient entrainer des bagarres  d’où l’alerte qu’on lance  en tant qu’observateur à l’endroit des autorités du pays à entamer des pourparlers aboutissant à un consensus au sein de la famille Dia de Mbeuleukhé où l’islam, la paix, l’entente, la cohésion sociale, le travail ont toujours existé.

En prélude du Gamou du samedi 16 janvier 2016, l’après-midi de ce mardi 12 janvier 2016 est marqué par une séance de « set setal » à travers les artères de la cité de Mbeuleukhé. Ces opérations d’assainissement sont initiées pour la deuxième fois par Madame Seynabou Ndao, responsable politique à Mbeuleukhé mais basée à Dakar. Cette dernière, après la CRC d’Aliou Dia, a rallié Bokk Gis Gis de Pape Diop ancien maire de Dakar.

Samba   Khary Ndiaye                              

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15