images

GARDIENS, CHAUFFEURS, BONNES… Confidents, moulins à vents ou armes fatales ?

Ce sont des personnes de confiance. Des hommes et femmes qui font partie de nos vies. Un personnel de maison dont certains ne peuvent se passer. Ils sont dans le dispositif sécuritaire des foyers, bureaux, ce sont les gardiens, chauffeurs, bonnes, personnel de sécurité… Mais attention aux dérapages, indiscrétions, bavardages. Quelque fois, moulins à vents ou collaborateurs, confidents. Souvent leurs interventions font des dégâts dans les couples et autres entreprises.

Peut-on se passer de ce personnel de maison, qui devait jouer un rôle important, dans la marche des foyers ou entreprises ? Ce sont les gardiens, chauffeurs, bonnes. Des hommes et femmes qui nous suppléent dans les tâches quotidiennes. Mais là où le bât blesse, c’est que souvent ce contrat de confiance vire vite au drame. Beaucoup de Sénégalais ont été abusés, sans pour autant savoir, les raisons de ces fuites. « Je trouve que de nos jours, la confiance est un mot qui fait défaut. Nous avons toujours des surprises, lorsque l’on se rend compte qu’on a été abusé », se désole Marième Diop, ménagère. Cette dame, la quarantaine, raconte : « Les bonnes, gardiens ou chauffeurs doivent être des personnes de confiance. C’est dommage que maintenant, ces personnes ne soient plus dans leur rôle. Elles se substituent à nous. Pour nous épier et ensuite raconter des contre-vérités. Dans cette vie, il faut garder un minimum de distance, pour ne pas avoir de surprises. Regardez toutes ces femmes qui prennent les bonnes, pour des partenaires. C’est toujours la déception. Combien de couples ont éclaté, après des révélations croustillantes, sur des histoires de maraboutage, de jalousie, d’argent, de médisances. Les femmes doivent être plus regardantes et éviter de trop s’aventurer sur des choses qui risquent de leur être fatales ». Pour Alioune, jeune cadre « avec mon personnel, j’entretiens des relations de confiance. Une fois, on m’a raconté qu’un grand millionnaire a dû se séparer de son chauffeur. L’accompagnant cherché des hôtes de marque, le sieur n’a rien trouvé de mieux que de se mêler aux conversations. Parce que, pour lui, il fallait passer par l’autoroute et entendre le maximum d’informations. Et il a eu la surprise de sa vie, lorsque son patron l’a remercié, en lui disant qu’il voulait un chauffeur muet. Aujourd’hui, il faut faire la part des choses. Tout est dans l’éducation et la manière de gérer sa vie. Si votre bonne sait que vous avez du caractère, elle ne va pas s’aventurer ou établir un quelconque lien. Elle fera son travail, et recevra son dû ».

« De nos jours, les gardiens et bonnes sont victimes du système. C’est le Sénégalais qui est devenu, tout simplement curieux. Et bavard. Et cela se reflète partout. On cherche toujours le fait divers, le sensationnel. Et ces braves gens sont souvent des relais. Dans leurs quartiers, ce sont ces histoires qui alimentent leur quotidien », précise Lamine Fall. « Nos braves femmes qui aiment le papotage se tournent souvent vers eux, pour connaître le meilleur marabout, les coins secrets, etc. C’est donc normal qu’en retour, elles aient des surprises amères. Vous faîtes un tour dans les quartiers chics et vous verrez que cela papote. Dans un quartier chic de Dakar, des nababs congèlent des mets pendant des semaines. Certains gardent même leur mouton de Tabaski, il y a deux ans. Ou des reliefs où trônent aubergines amères ou autres légumes. Et ces personnes qui sont souvent des personnes influentes ne se cassent pas la tête. Elles servent ces mets glacés à leurs employés. Et s’ils étaient connectés, imaginez un peu comment toutes ces personnes ont été vilipendés et la liste est longue », rajoute cette dame.

Sous le couvert de l’anonymat, cet homme souffle : « Si vous ne complotez pas, vous ne risquez pas d’être sur le banc des mauvais procès. Qui cherche trouve. Il y a des personnes disciplinées, professionnelles qui pour rien au monde ne vous édifieront sur tel ou tel sujet. Pourquoi pousser la curiosité, si la relation s’arrête aux choses simples. Chacun dans sa mission. Même si les hautes autorités se déplacent, il y aura toujours des personnes, pour vous dire l’endroit qui n’est plus un secret. Dans ce genre de situation, il faut faire l’intoxication, c’est-à-dire faire circuler une rumeur. Vous serez alors tranquille, pour gérer votre vie. Car la personne sera prise au piège. Une grande personnalité a usé de cette stratégie ».
Comme pour dire que dans ces histoires, c’est à malin et malin et demi.

Ndèye DIAW

Voir aussi

2016-11-30t024100z_1860621495_rc14fae78f80_rtrmadp_3_gambia-election_0

Gambie- Adama Barrow élu Président avec 45,54% les rues de la capitale envahies par une population en liesse

La population gambienne est en liesse pour célébrer la defaite de Yaya Jammeh ou la …