Accueil / ECONOMIE / Des gares routières disparaitront au profit du BRT
Gora Khouma

Des gares routières disparaitront au profit du BRT

Le projet Bus Rapid Transit (BRT) et la recrudescence des accidents de la circulation, sont les questions abordées par le secrétaire général de l’Union des routiers du Sénégal, Gora Khouma. C’était à l’occasion de la clôture hier d’une rencontre de trois jours, organisée à Dakar par la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF).

 Les gares de Petersen, Lat-Dior, Grand-Yoff et Guédiawaye risquent  de disparaitre au profit du BRT. La révélation a été faite hier par le  secrétaire général de l’Union des routiers du Sénégal, Gora Khouma, par ailleurs coordonnateur d’ITF-Sénégal. « Si le BRT commence à rouler, les gares routières comme Petersen, Lat-Dior, Grand Yoff et Guédiawaye vont disparaitre parce que c’est le mode de transport qui est comme ça », a-t-il informé. A cette occasion, il a fait savoir qu’ils ont noté de bonnes idées durant cette rencontre de trois jours regroupant différents présidents des gares routières, mais surtout avec une forte présence des femmes. « On a fait appel à tous les présidents des « Ndiaga Ndiaye », des taxis, de Dakar Dem Dikk et  tous les segments autour du transport pour parler du BRT », a  expliqué Gora Khouma. A l’en croire, il est tout à fait normal que l’ITF, qui gère les travailleurs au niveau mondial, puisse venir au Sénégal pour s’enquérir de la situation et parler avec les futurs travailleurs du BRT. Ceci permettra de trouver des solutions pour ceux qui auront des difficultés après  l’exécution de ce projet. « Nous sommes preneurs, mais nous cherchons des moyens pour que les conducteurs de taxi, les « Ndiaga Ndiaye » et autres puissent trouver  des emplois au niveau  du BRT. Les discussions ont commencé. On  veut bien que le BRT marche, mais qu’il ne porte pas préjudice aux  conducteurs », a souligné M. Khouma. Ainsi, poursuit-il, on demande un recyclage et qu’on recrute ces chauffeurs pour qu’ils conduisent demain le BRT. Cela demande une formation. On ne veut pas que  demain, d’autres Sénégalais viennent prendre le BRT alors qu’il y a de conducteurs qui ont perdu leurs emplois. « Ne nous pouvons pas rejeter ce projet, mais nous prenons la défense de ceux qui faisaient le transport avant,  pour que chacun  gagne »,

 

Recrudescence des accidents : « Il faut que chacun joue son rôle»

Revenant sur la recrudescence des accidents de la circulation, le secrétaire général de l’union  des routiers du Sénégal, Gora Khouma, soutient qu’il faut respecter le code de la route, qu’on soit un conducteur professionnel ou d’un bus, d’un car « Ndiaga Ndiaye », ou d’un taxi. « Si les directives du code sont respectées, il y aura moins des problèmes. Mais si elles sont négligées, il y aura des dégâts. Il faut prendre des mesures », a-t-il dit. Selon lui, il faut que chacun joue  son rôle pour éviter les accidents. La notion de conduite  doit être connue par tous. Si le code est ignoré par les populations, cela va causer un problème. Sur ce, il a lancé un appel  pour qu’il y ait des routes bien faites et sécurisées et que les véhicules soient en bon état et aptes pour le transport. A cette occasion, M. Khouma a demandé aux piétons d’emprunter les passerelles pour leur sécurité, mais  aussi que les trottoirs soit libérés aux piétons.

 

Zachari BADJI

À voir aussi

Institutions de dépôt : Baisse de 580 milliards des actifs extérieurs

 (APS) – Les actifs extérieurs nets (AEN) des institutions de dépôt de l’Union économique et …

Fmi: La démission de Lagarde effective le 12 septembre

Le Conseil d’administration du fonds monétaire international (FMI) a accepté la démission de Mme Christine Lagarde, Directrice …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.