SOCIETE

« GENDAMARISATION » DE L’ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE Des agents tirent sur la sonnette d’alarme!

  • Date: 28 octobre 2016

La mayonnaise ne prend plus entre le Directeur de l’Administration pénitentiaire, le Colonel Daouda Diop, et son personnel. C’est par voie épistolaire que des agents, appartenant à ce corps, ont saisi une partie de la presse pour faire part du malaise qui a fini d’avoir droit de cité chez eux.

Et dans le texte introductif, les agents d’interpeller : « Mon colonel, l`administration pénitentiaire n’est pas une tutelle de la gendarmerie. Le projet de modification du statut du personnel de l`Administration, veut faire de ce corps un détachement de la Gendarmerie. Comme l`indique l`article 41 de ce projet ‘’,  le Directeur de l`Administration pénitentiaire est nommé par décret du président de la République que parmi les colonels de la Gendarmerie. Alors, cet article démonte votre mauvaise foi qui ne vise qu`à protéger les intérêts de son corps d`originePour nous, à défaut de pouvoir être dirigés par un de leurs inspecteurs, il est inadmissible de faire cette exclusivité à la Gendarmerie qui est loin d`être le corps le plus performant du Sénégal », font-ils savoir. Et les «rebelles» de poursuivre : «A cela s’ajoute l’article 38 qui stipule que les membres des forces armées, à savoir militaires et gendarmes, peuvent être commissionnés dans l`administration pénitentiaire dans des grades correspondant à ceux de leur corps d`origine. Comme le colonel a toujours voulu amener ses anciens collaborateurs de la Gendarmerie, mais il bute sur un problème de textes. Ainsi, il veut faire sauter ce  verrou. Tout son problème, c’est comment avoir la mainmise sur le budget de l’Administration pénitentiaire. C’est ainsi qu’il avait nommé un Gendarme comme comptable des matières de l’administration pénitentiaire, un autre Gendarme comme intendant de la Maison d’Arrêt de Rebeuss dont le budget s’élève à 732 millions mais, se heurtant à une forte résistance, le colonel a renoncé afin de régler cette question préjudiciable.»

 Dans le corps de leur missive, les agents en colère de seriner une leçon à la tutelle : «Mon colonel, la politique pénitentiaire n’est pas seulement synonyme de rigueur. Elle implique une maîtrise parfaite de la psychologie des détenus. Certes, les textes disent que les détenus doivent obéissance et respect à tous les membres de l’administration pénitentiaire, mais la plupart d’entre eux ont perdu leurs repères. Il faut une diplomatie pour les faire revenir à la raison. Prenons l’exemple d’un détenu condamné à perpétuité, c’est le condamner vie ou bien qui attend la perpétuité et même s’il commet une autre infraction, il obtiendra la confusion des peines car LINFINI PLUS INFINI= INFINI. Il faut une maîtrise de la psychologie par un grand professionnalisme pour pouvoir gérer ces genres de détenus. »

Depuis son arrivée à la tête de l’Administration pénitentiaire, disent-ils, le colonel  Diop a une haine et une jalousie du niveau de vie des jeunes agents qui ont fait des missions. Et les agents de conclure en tirant sur la sonnette d’alarme : «Voilà le climat que le nouveau DAP  a  créé  dans l`administration pénitentiaire et si les autorités ne prennent leurs responsabilités, le personnel pénitentiaire va entrer dans la danse. Nous demandons au ministre de la Justice de rejeter  le projet du statut du personnel de l’Administration pénitentiaire pour une concertation inclusive.»

M BA

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15