Accueil / SOCIETE / Gestion des déchets dangereux: L’avant-projet de loi validé

Gestion des déchets dangereux: L’avant-projet de loi validé

Le ministère de l’environnement et du développement durable a tenu un atelier de partage et de validation de l’avant projet de texte de loi sur les déchets dangereux  au Sénégal. Cet avant projet de loi entre dans le cadre de la gestion écologique rationnelle des déchets solides municipaux et déchets dangereux dans les communes de Tivaouane et de Ziguinchor.

Dans le cadre  de la mise en œuvre de la convention de Stockholm sur les polluants organiques, l’Etat du Sénégal a entrepris plusieurs actions notamment la mise en place du projet de gestion écologiquement rationnelle des déchets solides municipaux et déchets dangereux dans les villes de Tivaouane et Ziguinchor. En ce sens, un rapport sur les lacunes du cadre juridique a été élaboré et indique que l’examen du cadre juridique de la gestion des déchets dangereux au Sénégal permet de retenir que certaines catégories de déchets dangereux font l’objet d’une réglementation spécifique comme les déchets biomédicaux, du plomb issu des batteries usagées et autres sources  et du mercure et de ses composés, des déchets plastiques, des déchets radioactifs issus des appareils et équipements utilisant les rayonnements ionisants et des huiles usagées. Selon Cheikh Fofana, adjoint du directeur de l’environnement et des établissements classé, le texte de base et son  décret d’application ne défissent pas les déchets dangereux et ne réglementent pas la plupart des spéficités des déchets dangereux. « Certaines dispositions du code de l’environnement ne peuvent pas être mises en œuvre faute de textes d’application », dit-il. Et de renchérir : « La réglementation de la gestion des  déchets biomédicaux est assez claire mais souffre de l’absence de procédures normalisées pour els acteurs au  niveau des formations sanitaires liées entre autre à la non valorisation du cadre stratégique  déjà existant à travers le plan de gestion des déchets biomédicaux 2015-2020. La réglementation des déchets plastiques souffre également de textes d’application pour son effectivité ». Pour l’adjoint du directeur de l’environnement et des établissements classé, le Sénégal fait face à ce type de déchets pour la préservation de l‘environnement et pour la santé. « Cette question nous préoccupe et  cette rencontre vise à mettre en place un centré de gestion des déchets solides. Il ya un nécessité de mettre ce cadre juridique », fait-il savoir. Sur le plan pénal, il soutient qu’il est prévu d’interdire  l’importation de déchets dangereux dans le pays si on n’a pas les moyens de les traiter.

Pour le représentant de l’organisation  des Nations unies pour le développement industriel, Christophe Yvetot, cet avant projet de loi est très important pour le Sénégal pour la gestion de son environnement du fait qu’il va trouver des solutions sur les  déchets dangereux nuisibles à la santé. « Le Sénégal a signé la convention de Stockholm sur les polluants organiques et il faut que tous les acteurs s’en approprient afin d’apporter leur savoir faire », indique-t-il. A l’en croire, il urge de prévoir des décrets de mise en œuvre et les hôpitaux doivent aussi  disposer de centre d’enfouissement de déchets et de retraitement de tous les déchets plastiques. « Cela va permettre de créer de nouveaux emplois et de surmonter les obstacles pour la préservation de l’environnement », laisse-t-il.

Ngoya NDIAYE

 

À voir aussi

Erreur judiciaire : témoignages poignants d’un ancien enfant détenu

Un accident fait un mort et 3 blessés à Sindia

La route a encore tué. Une voiture transportant des bagages est entrée en collision avec …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.