SOCIETE

Gestion des collectivités locale: Le maire des Pa pas en phase avec le Chef de l’Etat

  • Date: 24 novembre 2015

La décision du chef de l’État de créer prochainement une entité stratégique consultative chargée de faciliter le dialogue entre l’État et les collectivités locales ne fait pas l’unanimité. En effet, interpellé hier, lundi 23 novembre, à propos de cette décision rendue publique par le chef de l’État lui-même, lors du Conseil des ministres du 8 novembre dernier, Moussa Sy, maire de la commune des Parcelles assainies n’est pas allé par quatre chemins pour marquer son opposition. Pour cause, l’édile des Parcelles assainies s’est interrogé sur la pertinence de la création d’une telle entité, surtout dans le contexte actuel marqué par l’existence d’un ministère de la Gouvernance locale, du développement et de l’aménagement du territoire, des entités telles que l‘Union des Associations des élus locaux (Uael), l’Association des maires du Sénégal (Ams) et l’Association des conseils départementaux pour ne citer que celles-là. Selon le maire Moussa Sy, «la priorité est ailleurs».«Je crois que le président n’a pas été bien conseillé comme ce fut le cas lors de l’adoption de l’Acte III de la décentralisation. Ce n’est pas cette entité qui va régler le problème des collectivités locales. Je ne vois pas même la pertinence de sa création d’autant plus que le chef de l’État a un ministère des collectivités locales, un conseil chargé de la décentralisation mais aussi des entités telles que  l‘Union des Associations des élus locaux (Uael), l’Association des maires du Sénégal (Ams) et l’Association des conseils départementaux pour ne citer que celles-là. Toutes ces structures ont pour but de faciliter le dialogue entre l’Exécutif et le pouvoir décentralisé», a affirmé Moussa Sy.Poursuivant son propos, le maire des Parcelles assainies a déclaré que cette décision du chef de l’État est tout simplement une manœuvre en vue de la prochaine élection présidentielle. «Le président de la République n’est pas à son premier coup. C’est comme ça qu’il avait procédé pour nous imposer l’Acte III de la décentralisation, la veille des élections locales de 2014. Il est le seul à prendre des initiatives et il ne consulte personne. Avec l’Acte III, c’était pareil. Il a été le seul à penser et à prendre la décision d’imposer cette réforme aux Sénégalais sans même prendre l’avis des acteurs locaux encore moins celui des élus en passant par la procédure d’urgence pour faire adopter cette loi. Cela, tout simplement parce qu’il croyait qu’avec cette réforme, il allait gagner les élections locales à Dakar. C’est parce qu’il a perdu qu’il veut mettre sur pied cette entité. L’histoire est tout simplement en train de se répéter».

Rewmi.com/FBF

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15