Accueil / SOCIETE / Gestion des collectivités locale: Le maire des Pa pas en phase avec le Chef de l’Etat

Gestion des collectivités locale: Le maire des Pa pas en phase avec le Chef de l’Etat

La décision du chef de l’État de créer prochainement une entité stratégique consultative chargée de faciliter le dialogue entre l’État et les collectivités locales ne fait pas l’unanimité. En effet, interpellé hier, lundi 23 novembre, à propos de cette décision rendue publique par le chef de l’État lui-même, lors du Conseil des ministres du 8 novembre dernier, Moussa Sy, maire de la commune des Parcelles assainies n’est pas allé par quatre chemins pour marquer son opposition. Pour cause, l’édile des Parcelles assainies s’est interrogé sur la pertinence de la création d’une telle entité, surtout dans le contexte actuel marqué par l’existence d’un ministère de la Gouvernance locale, du développement et de l’aménagement du territoire, des entités telles que l‘Union des Associations des élus locaux (Uael), l’Association des maires du Sénégal (Ams) et l’Association des conseils départementaux pour ne citer que celles-là. Selon le maire Moussa Sy, «la priorité est ailleurs».«Je crois que le président n’a pas été bien conseillé comme ce fut le cas lors de l’adoption de l’Acte III de la décentralisation. Ce n’est pas cette entité qui va régler le problème des collectivités locales. Je ne vois pas même la pertinence de sa création d’autant plus que le chef de l’État a un ministère des collectivités locales, un conseil chargé de la décentralisation mais aussi des entités telles que  l‘Union des Associations des élus locaux (Uael), l’Association des maires du Sénégal (Ams) et l’Association des conseils départementaux pour ne citer que celles-là. Toutes ces structures ont pour but de faciliter le dialogue entre l’Exécutif et le pouvoir décentralisé», a affirmé Moussa Sy.Poursuivant son propos, le maire des Parcelles assainies a déclaré que cette décision du chef de l’État est tout simplement une manœuvre en vue de la prochaine élection présidentielle. «Le président de la République n’est pas à son premier coup. C’est comme ça qu’il avait procédé pour nous imposer l’Acte III de la décentralisation, la veille des élections locales de 2014. Il est le seul à prendre des initiatives et il ne consulte personne. Avec l’Acte III, c’était pareil. Il a été le seul à penser et à prendre la décision d’imposer cette réforme aux Sénégalais sans même prendre l’avis des acteurs locaux encore moins celui des élus en passant par la procédure d’urgence pour faire adopter cette loi. Cela, tout simplement parce qu’il croyait qu’avec cette réforme, il allait gagner les élections locales à Dakar. C’est parce qu’il a perdu qu’il veut mettre sur pied cette entité. L’histoire est tout simplement en train de se répéter».

Rewmi.com/FBF

Share This:

À voir aussi

METIER DES ARTS ET DE LA CULTURE- Un master pour booster l’industrie culturelle

L’Université Gaston Berger de Saint Louis, en partenariat avec l’Université internationale Senghor d’Alexandrie, a organisé …