Accueil / ECONOMIE / Gestion des ressources halieutique,une cession de capacitation s’est ouvert à Dakar

Gestion des ressources halieutique,une cession de capacitation s’est ouvert à Dakar

La Commission sous régionale des pêches (Csrp) s’est résolue à faire face aux défis de gouvernance et de gestion adéquate des ressources halieutiques qui, souvent, font l’objet de pillage et de vole massifs par les sociétés étrangères. Une situation tributaire à la mal formation des conseillers à même de bien orienter les décideurs politiques sur les vraies questions d’intérêt national et sous régional. Pour cela s’ouvre  un atelier de formation pratique permettant d’améliorer les capacités des participants à conseiller les Etats membres (Cap-Vert, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Mauritanie, Sénégal et Sierra Leone) sur leurs droits et obligations en vertu du droit international des pêches, et sur la façon de mettre en œuvre et d’appliquer correctement une législation interne sur la pêche qui soit conforme au droit international, renseigne un communiqué reçu à la rédaction. Prennent part également à cet atelier, deux pays non adhérant à savoir le Ghana et le Liberia.  L’objectif de cette rencontre, c’est de former les participants des pays respectifs de la Commission sous-régionale des pêches sur le droit international des pêches. Selon la note le conclave de trois jours réunit, entre autres, la Csrp, plus le Ghana et le Liberia et l’Administration océanique et atmosphérique nationale des Etats-Unis d’Amérique (Noaa), ainsi que des ambassadeurs des pays respectifs accrédités à Dakar, souligne le document. Pour rappel, le 2 avril 2015, le Tribunal international du droit de la mer (Tidm) rendait son avis consultatif sur la requête soumise, le 28 mars 2013, par la Csrp, et qui visait à conseiller les États membres sur les meilleurs moyens institutionnels et juridiques d’éradication de la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (Inn) et sur la gestion durable des stocks partagés ou d’intérêt commun dans l’espace de la Csrp. La demande d’avis consultatif visait également à clarifier le régime juridique international qui encadre la pêche Inn. La nécessité d’une formation juridique pour les Etats membres de la Csrp, plus le Ghana et le Liberia, a été dès lors identifiée comme très importante pour optimiser la capacité à prévenir, à contrecarrer et à éliminer la pêche Inn dans les eaux sous juridiction nationale des Etats de l’Afrique de l’Ouest et pour renforcer la coopération et l’échange d’informations.
Rewmi.com/FBF

Share This:

À voir aussi

INVESTISSEMENT EN 2016- Plus de 1.600 milliards de FCFA injectés  par le secteur privé

La Direction de la Prévision et des Etudes économiques (DPEE), du Ministère de l’Economie, des …