aliou-sall-uael-1-150x150

GESTION DU PETROLE ET DU GAZ Aliou Sall répond à Abdou Mbaye

Aliou Sall, Maire de Guédiawaye, a cru devoir répondre aux accusations à peine voilées de l’ancien Premier Ministre Abdoul Mbaye, qui, dans une lettre ouverte au Président Macky Sall, lui demandait d’éclairer la lanterne des Sénégalais sur la gestion future du pétrole et du gaz.

Sans mettre de gants, il a invoqué une formule chère à Idrissa Seck, qui face à ces accusateurs sur le dossier des chantiers de Thiès, faisait remarquer que « jusqu’à l’extinction du système solaire, pas un centime de volé ne sera découvert… ».

Faisant remarquer qu’il ne sait pas si quelque chose sera trouvé contre le Maire de Thiès, Aliou soutient quant à lui, que « jusqu’à l’extinction de l’univers, personne ne pourra prouver qu’il a été mêlé à la gestion du pétrole ou du gaz au Sénégal ».

Le frère du Président soutient que s’il a des parts dans ces sociétés citées comme Petro-Tim ou Banque de Dakar, cela ne pourra pas rester secret. Il demande à ces détracteurs, de brandir les preuves qui attestent de la véracité de leurs allégations.

A défaut, il parle de simple affabulation et surtout de méchanceté de la part d’adversaire qui visent le président Macky Sall en personne.

Le Maire de Guédiawaye qui dit espérer pouvoir enfin travailler avec l’avènement d’un autre président comme il le lui est presqu’interdit de le faire dans le public ou dans le privé parce qu’il est simplement frère du Président.
Il faut souligner qu’il a aussi cherché à être plus sérieux dans le système de défense en portant l’attention des Sénégalais sur le fait que le contrat concédant à Pétro-Tim des droits sur le pétrole et le gaz a été signé le 17 janvier 2011 par Karim Wade.

Une situation qui doit obliger les autorités à trancher définitivement le débat. En quoi faisant ? Eh bien, en procédant à la publication des documents de concession des droits d’exploitation sur ces minerais.
Si en effet le grand public ne peut pas y accéder pour n’importe quelque raison que se soit, il serait important que la Commission parlementaire qui s’occupe de transparence en la matière se saisisse de l’affaire pour une enquête indépendante afin de faire toute la lumière sur ces contrats.

Aujourd’hui, comme hier, on assiste à un jeu de ping-pong. Des accusations suivies de contre-accusations avec une seule certitude : La vérité tarde à voir le jour.
Car, faudrait-il peut être le rappeler, le président Wade a été le premier à évoquer cette affaire en y impliquant directement le frère du Président Sall.
Aujourd’hui, malgré la gravité des accusations, personne n’a encore porté plainte. Un procès nous aurait pourtant permis à y voir clair.

En tout état de cause si Aliou Sall peut « créer une société de nucléaire » comme il le dit, cela ne doit pas l’empêcher de méditer sur le cas Karim Wade que son père a voulu vaille que vaille hisser au sommet de l’Etat et qui, finalement, a fini en prison puis en exil.

Par la réalité des choses, les membres des familles des Chefs d’Etat ne sont plus des citoyens comme les autres. La preuve, ils ne peuvent plus sortir et se pavaner comme ils veulent. On les regarde autrement. Ils deviennent différents. Et cela, aucun texte de droit ne peut le changer.

Ce qu’il faut qu’ils fassent, est de ne pas verser dans des activités qui pourraient faire penser à du favoritisme, du clientélisme, du trafic d’influence et des conflits d’intérêts.

Assane Samb

Voir aussi

telechargement-7

ME AÏSSATA TALL SALL  “Le 25 janvier, on passera aux choses sérieuses ”

“Ce renvoi s’explique parce que nous appelons, dans notre jargon judiciaire et de procédure, la …