images

GESTION DU PETROLE ET DU GAZ La colère noire de Dionne !

Affaire Petro Tim. Pour le Premier ministre, il y avait urgence à éteindre l’incendie après les nouvelles révélations sur la gestion du pétrole et du gaz au Sénégal. Et l’Etat ne semble pas plaisanter avec le sujet. En conférence de presse hier, le Premier ministre, qui  était dans tous ses états,  a menacé d’engager des poursuites judiciaires contre Sonko et Abdoul Mbaye.

Sonko et Abdoul Mbaye risquent la prison si…

 ‘’Désormais, quiconque diffusera de fausses nouvelles, s’exposera à la rigueur de la loi. Je veux dire, celle pénale”. Un peu comme un tsunami, le chef du Gouvernement menace Abdoul Mbaye, Sonko et Cie de poursuites judiciaires : « On ne va plus accepter, que chaque jour, quelqu’un se mette à dire tout ce qu’il veut sur le dos du Sénégal, des Institutions, du Chef de l’Etat, du gouvernement, de l’Assemblée nationale…On va mettre un terme à tout cela », menace-t-il. Se voulant plus précis dans ses intimidations, le Premier ministre d’affirmer : «toute personne qui fera ou dira des choses gratuitement, en répondra devant les tribunaux. (…). L’Etat sanctionnera les propos diffamatoires, les allégations sans fondements, les attaques malveillantes sans aucune preuve…Le Gouvernement prendra ainsi toutes ses responsabilités. Désormais, quiconque diffusera de fausses nouvelles s’exposera à la rigueur de la loi pénale ». Selon le Premier ministre, entouré de Amadou Bâ, ministre des Finances, de Abdoulatif Coulibaly, Yakham Mbaye, entre autres, il y’en a qui évoquent la question pétrolière en versant dans l’invective et la désinformation, véhiculant ainsi de fausses informations et des contre-vérités dans le but de tromper les Sénégalais. “Ils tentent vainement de divertir le gouvernement dont l’attention reste focalisée sur l’action pour répondre aux attentes légitimes des Sénégalais“, a-t-il pesté, jouant à se faire peur.

Macky le porte-bonheur

A l’en croire, c’est un ‘’tohu-bohu’’ installé par les détracteurs du régime, autour de la découverte de pétrole, qui vise à « décourager les opérateurs privés », à « salir la réputation de la gouvernance au Sénégal » et à « jeter le discrédit sur le gouvernement ». Accusant l’opposition de décourager les opérateurs privés et de salir la réputation de la gouvernance du Sénégal, il ajoute que sur les 168 puits, c’est avec le président que les 8 ont été testés avec succès. Et à cause des résultats peu encourageants, de l’insuccès connu avec les 160 puits testés avant l’arrivée de Macky Sall, l’Etat n’avait pas jugé utile de demander aux opérateurs un bonus de signatures. « C’est seulement en octobre 2012 sous le règne du président Sall, lorsque le prix du baril avait dépassé le seuil fatidique des 100 dollars, c’est à ce moment, en octobre que l’Etat a désormais commencé à exiger le versement de bonus de signatures symboliques. Soit 500 000 dollars, une seule fois à la signature du contrat. Ces ressources sont versées à Petrosen qui les gère pour le compte de l’Etat du Sénégal », a déclaré le Premier Ministre. Avant d’expliquer : « quand vous signez le contrat, vous vous engagez à faire un certain nombre de travaux. Des travaux de recherches que l’on appelle de la sismique 3D notamment. C’est des travaux de construction de forages, de puits sur lesquels vous vous engagez. (…) Si Cosmos ne met pas 250 000 000 dollars sur les 7000 m2 qu’on lui a donné en mer pour trouver le gaz ou le pétrole, à la fin de la journée, cosmos va verser à l’Etat du Sénégal 250 000 000 de dollars ». Parce que  précise le Pm, la firme aura  bloqué le potentiel du Sénégal pendant la durée qui lui a été permis de faire des recherches.

Le PM ‘’répète’’ Amadou Ba

Par ailleurs il précise que toute information tendant à faire croire que des impôts d’un montant de 90 milliards de FCFA auraient été éludés, est fausse. ‘’La loi portant code pétrolier applicable dans le cas d’espèce, ainsi que la convention entre l’Etat du Sénégal et PETROTIM limited, sont antérieures à l’arrivée au pouvoir du président Macky Sall’’, rappelle-t-il. L’Etat du Sénégal ne dispose pas de ressources lui permettant d’investir à perte dans l’ensemble des contrats de recherche et de partage de production d’hydrocarbures, a indiqué le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne. Il a également rappelé que l’Etat a procédé à la suspension de trois contrats de recherche sur les 14 pour non satisfaction des engagements. ‘’La question des contrats pétroliers agitent les médias et certains en parlent avec peu d’information. Donc, il est important pour le gouvernement d’expliquer à l’opinion les tenants et les aboutissants de tels contrats’’, a relevé le Premier ministre. Il a par ailleurs rappelé que les contrats de travail de recherche du pétrole et du gaz reposent sur la loi n°98-05 du 8 janvier 1998 fixant le régime juridique et fiscale de la recherche, de l’exploitation du transport des hydrocarbures ainsi que les textes pris pour son application. Pour démonter les arguments de Sonko et Cie, le Pm de révéler qu’en 2014, 14 contrats étaient en cours de validité. Et pour non-respect des engagements de travaux, l’Etat, dit-il, a annulé trois contrats de recherches, dont un contrat d’African pétrolium (Timis). A tous ceux qui réclament la mise à dispositions des contras dans le secteur du pétrole, le Premier ministre souligne que c’est comme enfoncer une porte ouverte, puisque lesdits contrats sont bien disponibles et à la portée du public.

Mouhamadou BA

Voir aussi

arton157601

LE PM ANNONCE 1000 EMPLOIS AVEC L’ARRIVÉE D’UN « NOUVEAU CLUB MED »

Le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne a annoncé, vendredi, à Dakar, la construction d’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *