Accueil / ECONOMIE / GESTION RATIONNELLE DES ZONES HUMIDES Le Sénégal invité à s’inspirer de  l’OMVS

GESTION RATIONNELLE DES ZONES HUMIDES Le Sénégal invité à s’inspirer de  l’OMVS

Le Directeur de cabinet du ministère de l’Environnement et du Développement durable, M. Souleymane Diallo, a présidé, hier, la réunion de validation des organes de gouvernance et des outils de statut. A cette occasion, il a demandé aux acteurs de s’inspirer de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) pour assurer une gestion rationnelle des zones humides du bassin.

 Souleymane Diallo a indiqué, hier, ses vœux pour la gestion des zones humides du bassin, lors de la cérémonie d’ouverture de la réunion de validation des organes de gouvernance. Selon lui, le bassin du fleuve Sénégal, avec toutes les potentialités qu’il recèle, reste très vulnérable à des problèmes environnementaux à caractère transfrontalier qui menacent les objectifs de développement et de gestion durable de ses ressources. « L’OMVS est autant un exemple réussi de coopération en matière de ressources en eau que de coopération sous régionale. Ainsi,  l’Autorité du bassin du Niger et du Lac Tchad ont entamé ce processus.», a-t-il fait savoir, assurant que l’Initiative régionale Ramsar des pays du bassin du fleuve Sénégal, veut s’inspirer de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), pour assurer une gestion rationnelle des zones humides du bassin. Les pays partageant le bassin du fleuve Sénégal et ayant signé la Convention de Ramsar (Iran) sur les zones humides, ont décidé de mettre en application les trois piliers de ce traité ratifié le 2 février 1971, a-t-on appris des représentants des pays concernés, mardi à Dakar. Ainsi, ces trois piliers sont la conservation des zones humides, l’utilisation rationnelle de toutes les zones humides et leurs ressources associées, et la coopération transfrontalière et internationale à partir des ressources partagées. « Je vous exhorte à suivre, avec beaucoup d’intérêt, les différentes communications sur le projet de Statut, le règlement intérieur, la charte graphique, le site internet et de faire des amendements appropriés et réalistes », a recommandé le  directeur de cabinet. Cependant, M. Diallo de lancer un appel solennel à l’OMVS pour nous accompagner dans ce processus et permettre au bassin d’avoir une charte de gestion des zones humides. Toutefois, il note qu’il est important d’élargir les partenaires de l’initiative Régionale de Ramsar des pays du Bassin du fleuve et cela va lui permettre de remplir sa vocation conformément aux orientations de la convention Ramsar et de son plan stratégique 2016-2024. En plus, il invite les responsables à adhérer à l’initiative Régionale Ramsar des pays du Bassin du Fleuve Sénégal et à participer aux travaux. Mieux il rappelle aux pays qui partagent le Bassin que ce dernier doit irriguer et impulser le dynamisme économique et l’émergence de nos Etats et l’épanouissement des communautés. Pour mémoire, la Convention de Ramsar, ainsi couramment appelée convention sur les zones humides, vise à enrayer leur dégradation ou disparition, en reconnaissant leurs fonctions écologiques ainsi que leur valeur économique, culturelle, scientifique et récréative.

Khady Thiam COLY

Share This:

À voir aussi

Commercialisation de l’OIGNON- Les prix varient entre 150 et 200 FCFA au bord des champs

Le ministre du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux …