images

GO Après Déesse Major…. Queen Bizz ?

Si après sa sortie de prison vous n’avez pas entendu Déesse Major sur les ondes de RFI (publicité gratuite pour la radio française, pendant ce temps les chaines locales dormaient pour cause de « kheud » bétonné), je vais tout de suite vous faire la synthèse de ses déclarations.
Carrément, « l’enfant chérie » des oustaz dit qu’elle ne regrette rien d’avoir été entrainée au tribunal, parce qu’elle est artiste, majeure, et que ce n’est pas aux autres de lui indiquer sa façon de s’habiller. Wolaï, c’est ce qu’elle a dit
Bluff ou recherche de contenance ?  De là à penser en tout cas qu’elle recommencera un jour, puisqu’elle ne peut compter que sur le striptease pour se faire un nom vu ses médiocres performances artistiques, il n’y a qu’un pas à franchir. Et moi je l’ai déjà franchi, en tant qu’adepte du lève tôt.
En restera-t-on là, cependant, avec l’élargissement de Déesse Major ? Il est permis de penser le contraire. L’émule Queen Bizz parait marcher sur ses pas.
Certes, Coumba Diallo a moins de courage, moins de rondeurs diaboliques que la diablesse, mais sur le plan des « osées- osées », elle n’a rien à lui envier. Ni dans les tenues affriolantes, ni dans le comportement provoc. C’est la même fille qui, toute honte bue, ne se cache pas de draguer ouvertement Karim, et dit se foutre pas mal de ce que la société sénégalaise peut en penser.
Voilà pourquoi, répondant à Ndoye Bane qui la tançait un peu et lui demandait de se ressaisir à la libération de Déesse Major, elle avance qu’elle s’est faite toute seule, et que les récriminations publiques sont le cadet de ses soucis.
Thieuy ! Que va-t-on devenir avec ces filles prêtes à tout pour un buzz, alors que sur le plan musical, elles sont sûres de n’être que des « khourdabs Major » ?

Cébé

Voir aussi

telechargement

ESCROQUERIE ET CHARLATANISME La femme enceinte, les deux victimes et les remises d’argent

Une femme enceinte a été attraite, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits …