GO : Le pont « chéri » des chauffards

Vous ne reconnaissez pas cet ouvrage suspendu, là-bas après les Maristes, sur la nouvelle autoroute Sénac, l’entrepreneur Sénac, le seul à fixer des péages à hauteur de salaire d’enseignant ?

Non ? Pas grave. Je suis sûr cependant quel l’ouvrage vous dit quelque chose. Vous l’avez déjà vu avec mon précieux concours. Au moins trois fois. Quand un car rapide s’est encastré dedans il y a un an, quand une calèche l’avait chevauché en plein milieu du jour, ou alors la dernière fois, quand un chauffeur de taxi avait eu le culot de l’emprunter devant les flics, pour simplement rebrousser chemin.

Cette fois, le pont a connu une promotion, comme on dit chez nous. C’est un bus qui s’y est carrément empalé dans ses flancs.

Est-ce parce que l’ouvrage qui est trop petit aux encoignures, ou est-ce Eiffage Sénégal qui lui a rétréci les épaules, pour causer plus d’accidents et se faire plus de fric, quand on sait combien coute une seule de ses gares de désencombrement ?

Tout est possible. Mais pour moi, la seule négligence des Sénégalais ne peut pas tout expliquer.

Cébé

Voir aussi

ETAT D’URGENCE, BATEAU NIGERIAN VERS LA GAMBIE La guerre est imminente

A 48 heures de la fin de son mandat, le Président Yahya Jammeh qui a …