ACTUALITE

GO : Libérer Karim ? Ca va être compliqué !

  • Date: 17 juin 2016

D’un côté, c’est un cousin, un frère. Ou au moins un « amdi diame ». Et personne ne souhaite la prison à un parent, même si Karim était très loin ou distant, quand il était au pouvoir.
De l’autre, il a été condamné par la justice sénégalaise. Non pas pour des querellées politico-politiques qui, sous nos cieux, ne méritent même qu’on prive un enfant de sa liberté. Non. On lui reproche d’avoir dissipé l’argent des Sénégalais et c’est la raison pour laquelle on a ressuscité exprès la CREI pour régler cette affaire sensible , en l’envoyant au frais, le punir et lui donner le temps de restituer tout ce qu’il aurait pris.
Et maintenant, on parle de le libérer, parce qu’il y aurait de nouveau un deal politique entre son père et son grand-frère qui avait un moment oublié les liens de la parenté !
Comment s’y prendre ? Quand on se rappelle avec quelle véhémence les Sénégalais avaient demandé sa tête, pour répondre à une demande sociale, on se dit qu’il n’est pas encore libérable puisque rien de nouveau ne s’est passé depuis, dans le sens du recouvrement de nos créances.
Mais parallèlement, quand on se rend compte qu’il a été le seul à payer dans cette histoire, puisque petit-à-petit ses complices sont en train de humer l’air frais (Qui vous a dit que je parle de mon ami Bibo ?) ; il y a quelque part comme un parfum d’injustice dans l’air.
Alors, faut-il libérer Karim et sous quelle forme. Cela dépendra surtout de l’artifice employé. Car, autant la grâce, une amnistie en vue pourrait aussi impacter sur son avenir politique.
Un vrai dilemme ! De qui avoir peur que le chef de l’État ne joue sa propre survie dans cette affaire. On en rirait presque en d’autres circonstances.

Cébé

2 Comments

  1. Cébé est-ce que jusqu’ici la culpabilité de Karim Wade a été prouvée ?

    1. je pense que NON.
      Et (à Cebe) dans un pays où iil y a des chaines de television comme TFM, où la manipulation des consciences, la malhonnêteté et le mensonge son primés, il faut faire attention à des termes comme « demande sociale ». La justice doit avoir des preuves irréfutables avant de condamner un citoyen qui qu’il soit.

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15