24 avril, 2014
Accueil » ACTUALITES » GO- Qui va arrêter Cissé Lô ?
GO- Qui va arrêter Cissé Lô ?

GO- Qui va arrêter Cissé Lô ?

Sur le plan international, on juge les pays par leurs performances économiques. Mais, quand il s’agit d’Etats comme les nôtres qui, en matière d’économie, ne peuvent souvent proposer que du «guerté thiaf» ou des peccadilles du genre, on regarde souvent la qualité des ressources humaines. Si ce n’est pas la représentativité de notre diplomatie ou le bagout de nos hommes politiques. Mais, avons-nous toujours des hommes politiques de valeur qui peuvent porter haut le flambeau du Sénégal ? Possible. Si nous en avons encore, ils ne doivent plus être nombreux. Et des spécimens du genre Moustapha Cissé Lô n’en font surement pas partie. Voilà de drôles de personnages qui polluent l’atmosphère politique quotidienne du pays, avec leurs fantasques qui jurent d’avec la modération du chef de l’Etat, et contre lesquels, on dirait que personne ne peut rien. On peut ne pas avoir des diplômes et posséder le sens de la mesure et ne pas indisposer. Mais, quand on s’en fout complètement et que les déclarations publiques qui frisent l’indécence sont devenues le lot du discours, nous avons envie de crier stop aux responsabilités nationales très mal acquises.

Que répondre à l’opinion internationale, quand le deuxième vice-président de l’auguste Assemblée nationale du Sénégal confie, sans honte à la presse, que l’ancien chef de l’Etat est un saint, pour lui avoir donné gratuitement un jour la somme de 20 millions de nos francs d’une seule traite ? Etait-il obligé d’en parler en public, si les faits se vérifient ? Mais surtout, ce ne sont pas des discours du genre que nous attendons d’un responsable, dont la formation politique prône la bonne gouvernance, au point de sentir la nécessité de lui confectionner un département sur mesure ? Pourquoi Macky est-il si indulgent avec des énergumènes du genre, connus pour leur discours incendiaire ou scandaleux qu’ils distillent en permanence, sans se soucier du reste? En tout cas, si c’est ça là le prototype du nouveau cadre politique qui doit régir notre destin, comme nous l’assène le programme «Yonou Yokkuté», je peux facilement me demander alors pourquoi on ne nous a pas laissé ce cher Farba, qui lui, au moins, était original dans le domaine !

Cébé