GO Sénac, notre cousin « Sénégaulois »

Moi, j’ai presque 100 ans. Mais j’ai connu Gérard Sénac il y a longtemps. Très longtemps. Au moins 28 ans. A l’époque, il venait d’arriver de son Tougeul natal, pour venir fermer la filiale sénégalaise de l’entreprise Jean Lefèvre, après avoir commencé par le Cameroun, le Gabon et la Côte d’Ivoire.

Il n’en fera rien cependant. Séduit par notre pays et très entreprenant, il réussit, avec le concours de certains Sénégalais comme Alioune Badiane, dont certains disent que ce sont les âmes damnées, à convaincre la direction de l’époque de lui faire confiance.

Il entreprit alors une vaste opération de charme qui lui fera connaître tout le monde. Lui-même reconnait qu’il n’y a pas un seul ministre, un seul secrétaire d’Etat, ou un directeur de cabinet, qu’il n’a pas rencontré dans cet exerciceLe vrai Sénégalais quoi, le « mbokk qu’on invite à toutes les tables, et qui rembourse en pots-de-vin ou en boites de peinture pour les artistes.
Mais comment comprendre qu’avec tout cet avenant, personne n’ait encore pensé à lui donner un « tourandor quand on sait que c’est l’exercice favori de certains de ses compatriotes ? Ou alors qu’est-ce qui explique qu’un aussi grand Sénégalais ose, par ces temps qui courent, nous faire payer près de 3000 F rien que pour rallier Mbour, en fixant son taux à péage à 1600 F ? Il y a quand même des amitiés et des liaisons inutiles.

Cébé

Voir aussi

Go : Les «Baro-maitresses» de Ada

Deux ‘’first ladies’’ à la fois ? Il faut le faire. Mais quand ces deux co–épouses …