GO : Un conseiller ça se tait, où ça démissionne

C’est notre père putatif, le Professeur Albert Bachir, l’un des plus grands littéraires sénégalais, qui nous revient à la mémoire,  cet après-midi de faux hiver et de grisaille.

Il n’avait cessé de nous mettre en garde : « Méfiez-vous, disait-il,  de ceux qui vous demandent conseil, que pour être conforté dans leur position première. »

Le temps passe, certes mais cette petite leçon de sagesse, peut être encore être revisitée. Même si depuis 2012, nous avions commencé à penser que l’ère des limogeages à fleur de peau était à jamais révolue.

Le Professeur Amsatou Sow Sidibé, que vient de démettre le président Macky Sall, de ses fonctions de conseiller, a-t-elle été victime de sa naïveté quand elle pensait pouvoir tout dire en ne rendant compte qu’à sa conscience ?

Son  limogeage intervient-il  à la suite de sa dernière sortie contre le régime dans le cadre de l’affaire Karim Wade, quand elle semble appuyer  le Groupe de travail de l’ONU ?

Nous n’en savons rien. Ce que nous subodorons, en revanche, c’est une cohabitation  difficile entre une intello pure et dure, et un pouvoir politique qui s’est tellement radicalisé, ces derniers temps, qu’il en est devenu méconnaissable.

Être politique, sous nos cieux, demande, en effet, de nombreux  sacrifices, dont le moindre est de savoir museler la conscience, quand elle navigue hors les eaux et l’heur du prince. En somme, c’est la rançon de la durée au trône.
 

Cébé

Voir aussi

La folie de Jammeh se confirme

Le 5 avril 1887, dans une lette historique, John Emmerich Dalberg assène à Bishop Mandel …