POLITIQUE

GRÂCE ANNONCÉE DE KARIM Macky en disgrâce

  • Date: 24 juin 2016

Depuis l’annonce de la probable libération de Karim Wade sur les ondes de Radio France Internationale (RFI), le président Macky Sall ne cesse d’enregistrer des réactions d’hostilité contre lui.
La dernière en date est celle de Thiat du mouvement Y’en a marre, qui, en des termes très durs, n’a pas hésité à brocarder le président de la République. Cette réaction fait suite à celle de Me Boucounta Diallo, d’Alioune Tine, des leaders du Parti pour l’indépendance et le travail (PIT), et de la Ligue démocratique (LD), pour ne citer que ceux-là. Ils sont nombreux, en effet, les leaders d’opinion qui pensent que le président Sall est en train de s’engager dans une sorte d’erreur, un précèdent dangereux pour la République. Les sorties sur cette affaire se suivent à un rythme insoupçonné. Il faut dire qu’elle ne laisse personne indifférent. Une frénésie qui mérite que l’on s’y arrête pour tenter de voir où se trouve réellement le couac dans ce que le président Sall a déclaré sur les ondes de Rfi.
À vrai dire, il faut chercher l’erreur sur la forme du message, le timing par rapport au fait que la libération n’est pas encore effective, le fait que ce soit à l’étranger, sur une radio étrangère. Toutes ces incompréhensions relèvent d’un problème de communication. Macky aurait dû observer la stricte neutralité sur cette affaire et continuer à tout mettre sur le dos de la séparation des pouvoirs. L’assurance sur la prochaine libération du fils de Wade a été le péché d’Israël. La grâce aurait dû intervenir par surprise. C’est une affaire privée. Elle ne concerne que le détenu et ses proches. Elle ne peut pas faire l’objet de déclarations publiques antérieures. La polémique actuelle ne serait alors qu’adventice, tout de suite oblitérée par d’éventuelles déclarations de Karim que tout le monde attend, du reste.
Au lieu de cela, le Président Sall est en train de tout prendre sur lui parce que Karim n’est pas dans les dispositions de parler. Les rares confidences qui nous parviennent de la prison par voie de presse ne suffisent pas à orienter les supputations vers lui. Il ressort de ce qui précède que Macky a parlé trop vite et maladroitement d’un sujet sensible de surcroît sur les ondes de la radio de l’ancien colonisateur même si nous n’avons rien contre Rfi. Les attaques subséquentes sur le fond de l’affaire ne sont que la conséquence de ces maladresses.
Aujourd’hui, Macky n’est pas loin d’entrer en disgrâce aux yeux des partisans de la traque des biens mal acquis, de la gestion vertueuse et de ceux qui pensaient qu’il allait instaurer la rupture. Il donne de plus en plus l’image, à tort ou raison, d’un fin politicien seulement préoccupé par la logique électoraliste et donc par sa réélection. Pourtant, tous ceux qui s’gitent savent que le président de la République a le droit de grâce. Qu’il en use tous les jours en graciant des centaines de personnes. Et qu’en plus, Karim a purgé une bonne partie de sa peine. Ils ne sauraient également ignorer que le Groupe de travail des Nations-Unies a jugé arbitraire la détention de Karim Wade surtout avant son procès. Et que le Sénégal a même essuyé les critiques de la Commission africaine des droits de l’homme.
Mais le président de la République s’y est tellement mal pris dans sa communication qu’il a offert l’occasion et le temps aux agitateurs de toutes sortes de peaufiner leurs stratégies pour, sinon faire capoter le projet de grâce de Karim du moins, faire entrer Macky en disgrâce. Et ils ne sont pas loin de reussir.

Assane Samb

2 Comments

  1. C’est faux quand Macky SALL dit qu’il a libéré Karim pour des raisons humanitaires.Il s’agit plutôt d’un deal entre Macky et les libéraux.Il n’existe point de rupture avec l’ancien régime.

  2. Macky SALL a caché son jeu et il a réussi à tromper bon nombre de ses compatriotes.C’est une honte pour tous les sénégalais voir Macky SALL retourner sa veste.

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15