Accueil / ACTUALITES / « Grand oral »- Cheikh Bakhoum Directeur de l’ADIE : « nous répondons à une problématique essentielle de notre administration… »

« Grand oral »- Cheikh Bakhoum Directeur de l’ADIE : « nous répondons à une problématique essentielle de notre administration… »

REWMI.COM-Cheikh Bakhoum, directeur de l’Adie était l’invité de l’émission « Grand oral » de la radio Rewmi fm (97.5) ce samedi. Avec les journalistes Fatou Thiam Ngom Kane et Youssouf Mané, il a décliné la mission de la structure, la situation actuelle de l’agence qu’il dirige mais aussi les perspectives à court et moyen terme. Le responsable de l’alliance pour la République (Apr) dans la Commune de Grand yoff est revenu sur les querelles au sein de sa formation politique. Vous retrouverez l’intégralité de l’interview dans l’édition du journal rewmi quotidien de demain lundi.

Situation de l’Adie

« L’Adie est une agence d’exécution pour le gouvernement sénégalais. Nous gérons pour l’Etat du Sénégal un réseau de type opérateur. Nous sommes chargés de tout ce qui est modernisation de l’administration. Tout ce qui est dématérialisation des procédures. En effet, l’agence de l’informatique de l’Etat est une structure transversale….. Nous travaillons non seulement avec l’administration centrale mais aussi, avec les collectivités locales. Pour revenir sur ce que nous sommes en train de faire depuis plus d’un an, c’est de répondre à une problématique essentielle de notre administration… »

Audit physique et biométrique

« Il faut savoir que quand le Président est venu en 2012, il y’avait beaucoup de problèmes dans la gestion de notre personnel. On ne savait pas sur quel fichier se fier. On ne savait pas forcément il y’avait combien de fonctionnaires. On ne savait pas forcément les avantages qui étaient imbus. Nous avons fait depuis 2012 l’audit physique et biométrique qui a permis de compter l’ensemble des fonctionnaires de l’Etat. Que ce soient en général les fonctionnaires de la fonction publique et aussi les secteurs militaires et paramilitaires. Tout le monde a été audité et tous sont présents dans la base de données de l’Etat…C’était la première phase et la seconde phase qui va démarrer au mois de janvier va s’étendre sur quelques autres structures…  »

Querelles au sein de l’Apr

« Il faut savoir que l’Apr est un jeune parti qui a su s’organiser pendant qu’on était dans l’opposition. Un parti qui est arrivé au pouvoir en moins de 3 ans et aujourd’hui en moins de 3 ans il est en train de transformer structurellement le pays. Maintenant sur les querelles qu’il peut y avoir entre certaines personnes, je pense que le chef de l’Etat l’a rappelé lors du dernier secrétariat exécutif national pour dire qu’il n’est pas concevable que des responsables d’un même parti puissent se donner au niveau de la presse c’est regrettable pour tout parti politique. Les sénégalais ne nous ont pas élu pour écouter des gens systémiquement s’insulter ou parler d’autres choses que les intérêts du Sénégal…  »

 

À voir aussi

Levée de l’immunité parlementaire- la commission ad hoc fait faux bond à Khalifa Sall et à ses avocats

Aymérou Ngingue et ses collègues de la commission ad hoc ne sont pas déplacés, hier, …

Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 22 movembre 2017

Le Président Macky Sall a réuni le Conseil des ministres mercredi 22 novembre 2017 à …