ACTUALITE

« Grand Oral »- Mbagnick Diop pdt du MEDS :  » Aujourd’hui, l’élite mondiale converge vers Dakar pour fêter l’entreprise sénégalaise… »

  • Date: 7 mai 2016

La prestigieuse cérémonie de remise des « Cauris d’Or » aura lieu ce samedi à l’hôtel King Fahd Palace. En prélude à cet événement qui a fini de franchir les frontières sénégalaises, rewmi fm est allée à la rencontre de Mbagnick Diop, Président du Mouvement des Entreprises du Sénégal  (MEDS) organisation patronale initiatrice de l’événement. Celui qui se définit comme un anti conformiste s’est entretenu, à coeur ouvert avec les journalistes Fatou Thiam Ngom Kane et Youssouf Mané co-animateurs de l’émission « Grand Oral « . Un entretien à vous couper le souffle.

Secret du succès de la prestigieuse soirée des Cauris d’Or ?

«Les « Cauris d’Or » sont devenus un label universel. Nous avons initié le concept il y a pratiquement douze ans, et c’est un concept novateur. Lorsque nous l’avons lancé, il n’y avait pas une cérémonie digne de ce nom pour récompenser les décideurs économiques, les personnalités importantes qui participent au développement du pays. Nous avons pris le Cauris comme symbole, parce qu’au moyen âge, il servait de monnaie d’échange pour acheter ou pour vendre, d’où cette symbolique très forte pour nous, qui, aujourd’hui, représente cette cérémonie prestigieuse qui est devenue un label universel. Aujourd’hui, l’élite mondiale converge vers Dakar pour fêter l’entreprise sénégalaise, l’entreprise africaine et le secteur privé international. »

Pour le Président du MEDS, le secret des succès des différents concepts initiés par son mouvement réside dans le travail, la rigueur, l’audace, la vision, la méthode, et l’organisation dans le travail. C’est pourquoi, selon Mbagnick Diop « nous avons réussi en moins de douze ans, à faire des « Cauris d’Or » la première compétition en Afrique, et aujourd’hui, nous sommes en compétition avec l’Europe. » Le Président du MEDS par ailleurs membre du Conseil Economique Social et Environnemental poursuit : «  Ce qui fait courir les hommes du monde entier, c’est l’organisation, le timing et le fil conducteur. C’est toutes les innovations qui font que les « Cauris d’Or » sont devenus ce qu’ils sont. » A cet effet, le Sénégal va accueillir des hôtes de marque. « Nous recevrons plus de 337 étrangers qui viennent spécialement pour la cérémonie des « Cauris d’Or » qui est couverte par plus de trente chaines de télévisions. C’est une machine qui est partie du Sénégal et qui est devenue aujourd’hui un phénomène. » Visiblement satisfait de ce concept, Mbagnick Diop l’homme dira : «  Les Cauris, on ne peut pas l’expliquer. C’est irrationnel. Si on le fait chaque jour, on aura chaque jour une salle pleine. En tant que Sénégalais, on s’en réjoui. Je suis trop fier d’avoir conçu ce projet et de l’avoir amené au summum de ce qui se fait en Afrique et dans le monde. »

Floraison de Cérémonies semblables aux « Cauris d’Or » : Plagiat ?

« Ça fait mal. On est frustré. On ne peut pas empêcher les gens de copier, d’imiter, c’est la vie. Mais, il faut avoir l’honnêteté intellectuelle de citer la personne ou l’initiateur qui vous inspire. A force de copier, on banalise, au lieu de réfléchir ou de créer. Malgré le succès des « Cauris », je suis en train de réfléchir, d’initier un concept qui va dépasser les « Cauris. » Il y a tellement de concepts à exploiter ; si on se met toujours à copier on banalise; finalement, il n y a plus de charme, encore moins de valeur, et c’est ce qui nous désole dans l’imitation ostentatoire qui renvoie toujours à la sinistre apparence du néant. Mais la gloire d’une innovation appelée à servir de référence n’est grande que si elle est inextricable à l’originalité et à la créativité. L’essentiel c’est d’avoir toujours une longueur d’avance en terme d’innovations.

Mesures sécuritaires pour la soirée de remise des « Cauris d’Or »

« Des mesures sécuritaires draconiennes vont être prises. Déjà les grand hôtels sont sécurisés. Pour rentrer dans le chapiteau, il faut montrer patte blanche. En plus des agences de sécurité que nous avons engagées, la gendarmerie sera bien présente. On a pris toutes les mesures utiles et nécessaires

Réalisations du Meds…et bilan

« Le Meds c’est notre bébé. Nous l’avons créé et lancé il y a juste 16 ans. Nous avons 10 bureaux à l’international pour offrir aux sénégalais qui vivent à l’extérieur, l’opportunité de pouvoir avoir des activités économiques et financières, de suivre ce qui se passe au Sénégal, de fédérer ce réseau de talents, de hauts cadres africains qui sont à l’extérieur. Nous avons conceptualisé et lancé le forum du 1er emploi qui est devenu aujourd’hui le plus grand rassemblement en terme d’insertion des jeunes au Sénégal. Nous avons mis en place la fondation jeune qui encadre et accompagne les jeunes diplômés. Nous avons mis en place la pépinière des entreprises, les mercredis du Meds lors desquels nous accueillons les principaux leaders, décideurs, scientifiques. Il ya aussi le CFD pour les femmes, la diaspora des affaires, le Fogacim qui accompagne à hauteur de 70 pourcent les porteurs de projets. Il y a, en 2003, le première mutuelle des petites et moyennes entreprise pour financer les femmes opératrices économiques et les jeunes. Mais le socle de nos activités c’est l’intérêt commun l’intérêt général. »
« Le bilan est globalement positif. Le MEDS  est une organisation patronale de rupture, d’innovations, d’actions, de réflexion. Nous posons des actes visibles, palpables. Il faut toujours répondre par les actes et s’effacer ce qui est important, c’est de ne jamais se prendre au sérieux, faire les choses sérieusement c’est important. »

Problème de l’emploi au Sénégal

« Il y avait un problème d’adéquation entre la formation et l’offre. Le MEDS s’est rendu compte que des dizaines de milliers de jeunes sont diplômés dans les mêmes secteurs qui sont saturés, qui n’offrent plus d’opportunité. On s’est rendu compte que les jeunes ont un problème d’orientation. Nous avons mis en place la nuit de l’orientation. Nous invitons les parents à venir avec leurs enfants , mais aussi des psychologues des formateurs pour s’entretenir avec les jeunes et dire aux parents les prédispositions de leur enfant.

Le Meds a t’il le soutien des autorités ?

«  Oui les autorités nous soutiennent par rapport à toutes nos initiatives. Et c’est le lieu de saluer et de remercier l’Etat qui est une continuité. l’Etat a compris qu’ il ne peut pas tout faire. Le président de la République, le Premier ministre, s’impliquent dans tout ce que nous faisons. D’ailleurs je profite de cette émission pour les remercier de leur écoute de leur implication et de leur soutien

Appel aux autres privés pour ce combat ?

« C’est un combat citoyen. On n’a pas besoin de faire un appel. Que chacun se regarde et se demande ce qu’il a fait pour son pays, pour sa jeunesse. C’est un problème de conscience.

Méga projet à Diamniadio pour 100 futurs capitaines d’industrie

« On n’a pas de grands capitaines d’industrie au Sénégal d’où la plateforme de diamniadio pour lancer des jeunes avec des unités de production. Un jeune qui se lance dans cette dynamique, dans 5 ans, il va être ambitieux, dans 15 ou 20 ans, il sera un capitaine d’industrie solide. Et lorsque vous en avez 100, vous le démultipliez et en 10 ans, vous en créez 1000 capitaines d’industrie. C’est ça la vision.

Environnement économique du Sénégal ?

« Le Fmi a dit que le Sénégal est un des meilleurs élèves. C’est vrai, mais la situation aurait pu être meilleure. Le secteur privé a beaucoup souffert ces dernières années. Aujourd’hui nous relevons la tête avec les projets du PSE, avec le PUDC qui fait travailler beaucoup le secteur privé national. Ce qui est important dans un pays, c’est de booster le secteur privé national qui crée la richesse et la croissance. D’une manière générale, l’économie sénégalaise se porte bien.

Grand Oral (1ere partie)

Grand Oral (2eme partie)

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15