ACTUALITE

Grand Oral- Me François Serre, avocat du président Hissein Habré : « Les chambres africaines sont composées de magistrats à la solde du pouvoir sénégalais »

  • Date: 26 juillet 2015

REWMI.COM-Me François Serre, l’un des avocats de l’ancien président tchadien, Hissein Habré, était l’invité de Fatou Thiam Ngom dans l’émission Grand Oral de ce samedi 25 juillet 2015 sur la radio Rewmi FM. Au cours de l’entretien, l’avocat est largement revenu sur le procès de son client.

D’emblée, il insiste sur la position de celui-ci qui « a été de contester dès son enlèvement illégal la légitimité des Chambres africaines extraordinaires (CAE), donc ça a entrainé durant toute la phase de l’instruction, son refus de participer à l’exercice d’une défense devant les juges d’instruction des CAE et de participer, comme nous d’ailleurs qui l’appuyons dans cette démarche, à un quelconque acte d’instruction puisque nous estimons que l’enquête conduite par les juges des CAE a été téléguidée, manipulée, financée par le régime tchadien (…). La position de Habré n’est pas nouvelle et, ce qui s’est passé devant les CAE n’est pas une innovation, ni une surprise. La seule chose que je peux dire, c’est qu’il y a eu des faits nouveaux : d’abord une extraction de force, violente, brutale de la part d’un certain nombre de personnes qui sont allées, sans nous saisir, dans la prison du Cap Manuel sur ordre du procureur Mbacké Fall, c’est-à-dire en violation des pouvoirs du président des CAE Gberdao Gustave Kam ; ce qui me laisse quand même surpris et gravement choqué de l’affaiblissement de ce président qui est un peu la « couleur africaine » au sein d’une justice purement composée de magistrats à la solde du pouvoir sénégalais puisqu’ils sont tous dans une relation de soumission au ministre de la justice (…) ce n’est pas une surprise que les avocats n’aient pas participé à l’audience ».

Me François Serre précise aussi qu’à ce jour « Me Diawara et moi-même sommes les avocats du président Habré, les seuls à pouvoir porter sa parole, les seuls à pouvoir le représenter et les seuls à pouvoir dire ce qu’il pense des procédures qui sont en cours ».

Sur les trois avocats commis d’office pour défendre Habré, Me Serre se veut clair : « la défense qui pourrait être organisée par ces avocats commis d’office, contre le gré de l’accusé, contre sa volonté, contre son intérêt ; ce n’est pas une défense, c’est une complicité, c’est une connivence avec un théâtre de justice, ou plutôt un théâtre d’injustice. Le statut tel qu’il est posé par les CAE, c’est que le président Habré a le droit d’être présent à son procès, ce n’est donc pas une obligation, c’est un droit auquel il peut décider de renoncer, c’est ce qu’il souhaite et, deuxièmement, il a le droit de désigner le conseil de son choix, c’est qu’il a fait (…) le texte des statuts nous dit simplement que l’avocat d’office n’intervient que s’il n’ya pas d’avocat constitué, désigné. C’est un cas qui est repris dans les textes sénégalais … ».

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans le journal Rewmi Quotidien à paraitre le lundi 27 juillet 2015.

REWMI.COM/AW

 

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15