telechargement-3

GRANDE MURAILLE VERTE- La FAO estime les besoins en terres à 10 millions d’hectares par an

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) évalue à environ 10 millions d’hectares de terres par an, les besoins de la Grande muraille qui devrait relier Dakar à Djibouti par une bande verte, indique un communiqué de la FAO.

« Sur la base des données recueillies sur les arbres, les forêts et l’utilisation des terres dans le cadre de l’Evaluation mondiale des terres arides effectuée par la FAO et ses partenaires en 2015-2016, on estime que 166 millions d’hectares de la Grande Muraille verte présentent des possibilités de restauration », précise le texte. Il note que « le cœur de la Grande muraille verte couvre les zones arides et semi-arides au nord et au sud du Sahara, soit 780 millions d’hectares, et abrite 232 millions de personnes ». « Pour stopper et inverser la dégradation des terres, quelque 10 millions d’hectares devront être restaurés chaque année, selon l’évaluation », lit-on dans ce communiqué. Selon la même source, cette évaluation « constituera une contribution majeure à l’effort déployé pour atteindre d’ici à 2030, les Objectifs de développement durable (ODD) ». Ces données ont été obtenues en analysant 63 000 parcelles d’échantillonnage d’un demi-hectare réparties sur les zones arides de l’Afrique du Nord, du Sahel et de la Corne de l’Afrique, analyse effectuée grâce à l’outil Open Foris Collect Earth de la FAO et des images satellitaires à très haute résolution de Google Earth Engine et Bing Maps, précise le communiqué. Il signale que la collecte des données est le fruit de la collaboration entre l’Union africaine, le Centre régional CILSS / AGRHYMET, la Direction générale des forêts de Tunisie, l’Université d’Addis-Abeba (Ethiopie), la FAO, Google et l’Institut des ressources mondiales. « La Grande muraille verte est le programme phare de l’Afrique pour lutter contre les effets du changement climatique et la désertification », a déclaré M. Eduardo Mansur, le directeur de la Division des terres et des eaux de la FAO, dans des propos cités par le communiqué. M. Mansour a procédé à la présentation d’une « carte innovante » relative aux possibilités de restauration de la Grande muraille verte, mercredi, à Marrakech (Maroc), où se poursuit la 22e Conférence des parties (COP22) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (7-18 novembre).  Cette carte se base sur la collecte et l’analyse d’informations essentielles sur l’utilisation des terres dans les zones arides d’Afrique, en vue d’accroître la résilience des populations et des écosystèmes face au changement climatique, renseigne le texte. Le directeur de la Division des terres et des eaux de la FAO intervenait lors d’une réunion de « haut niveau » au Pavillon de l’Union africaine, sur le thème « Paysages résilients dans les zones arides d’Afrique : opportunités et renforcement des engagements ».

Voir aussi

telechargement-3

DONNÉES INFORMATIQUES AFRICAINES La Sonatel lance un « DATACENTER »

La Société nationale des télécommunications (SONATEL) est en train de finaliser les travaux de construction …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *