2 octobre, 2014
Accueil » SANTE » Gratuité de la dialyse : un institut prêt à accompagner le président Sall
Gratuité de la dialyse : un institut prêt à accompagner le président Sall

Gratuité de la dialyse : un institut prêt à accompagner le président Sall

Le Directeur de l’Institut de dialyse ABC hémodialyse (ABCH), Alioune Badara Cissé, a exprimé, lundi, la volonté de sa structure d’appuyer l’action du chef de l’Etat, Macky Sall, de rendre la dialyse gratuite et d’œuvrer ainsi à une meilleure prise en charge médicale de l’insuffisance rénale.

‘’Nous sommes prêts à accompagner cette décision du président de la République qui est salutaire, et mérite l’attention de tous les Sénégalais, pour la prise en charge de cette maladie onéreuse, qui appauvrit et tue le patient’’, a dit M. Cissé, lors d’un point de presse.

L’institut ABCH a récemment procédé à une extension de son unité de traitement de l’insuffisance rénale et de ses services cliniques, en passant d »’une capacité de branchement de 24 à 54 postes par jour ».

A ce propos, Alioune Badara Cissé a confié que l’installation du centre secondaire d’ABC Hémodialyse obéit à la volonté de répondre de manière concrète à la politique de santé définie par le président Sall.

‘’Il [le chef de l’Etat] a pris une généreuse mesure en faveur des personnes affectées par l’insuffisance rénale et prôné la multiplication des centres d’hémodialyse à travers le pays, ainsi que la gratuité des soins dans les établissements publics de santé’’, a-t-il dit.

‘’L’Etat ne peut pas faire tout, tout seul. Il faudrait également un accompagnement du secteur privé, avec qui l’Etat a déjà acquis un accord de principe. Il reste à être formalisé et c’est bien avancé’’, a-t-il signalé, précisant qu’il y aura un accompagnement de l’Etat qui a pris cette mesure.

Selon lui, parmi les autres raisons ayant motivé l’extension de l’institut, il y a que le personnel du centre primaire ABCH travaillait et recevait des malades de 6 heures du matin à 23 heures sans répit.

‘’Il y a des malades qui habitent l’intérieur du pays et ont des problèmes pour rentrer chez eux le même jour. Devant l’insuffisance des postes de branchements, cela posait un énorme cas de conscience’’, a expliqué le Directeur de ABCH.

‘’Vu la demande très forte et la liste d’attente, que nous n’arrivons même pas à couvrir, nous nous sommes battus pour faire l’extension en nous dotant de 15 machines supplémentaires et dans un temps relativement court, nous aurons ici 25 machines fonctionnelles pour nous permettre de faire face à nos obligations’’, a encore souligné Alioune Badara Cissé.

Rien qu’à l’hôpital Aristide Le Dantec, la liste d’attente compte près de 200 malades, et il en est de même au sein des autres structures hospitalières et celles spécialisées dans la prise en charge de l’insuffisance rénale, a-t-il indiqué.

Avec Aps