Accueil / Confidences / Une grève des aiguilleurs mal aiguillée (Par Ibe Niang Ardo)

Une grève des aiguilleurs mal aiguillée (Par Ibe Niang Ardo)

Bloquer un aéroport à peine qu’il ait ouvert ses portes relève de l’inconséquence, parce qu’il focalise tristement tous les regards sur notre pays avec de fâcheuses conséquences économiques irrémédiables

L’exigence de meilleures conditions de travail, en raison aux nouvelles sujétions austères découlant du déplacement de leur lieu de travail – telle est la raison avancée de ce débrayage. Ces raisons sont recevables, mais elles ne peuvent en aucun cas justifier un lock-out de notre pays, qui n’a qu’un seul aéroport international. Les dégâts d’un tel châtiment sont plus catastrophiques pour le collatéral qu’est le Sénégal, notre pays et celui des aiguilleurs, que pour les vrais cibles, les responsables de leur ras-le-bol : l’ ASECNA, leur employeur.

Bloquer un aéroport à peine qu’il ait ouvert ses portes relève de l’inconséquence, parce qu’il focalise tristement tous les regards sur notre pays avec de fâcheuses conséquences économiques irrémédiables. Venant des aiguilleurs du ciel, c’est à dire des ingénieurs de la navigation aérienne, chargés de la fluidité et de la sécurité du transport aérien, cela a de quoi rendre perplexe et craindre le pire, voire revivre le spectre du « diola ».

Ce métier est très exigeant en capacité de concentration, de réactivité, d’adaptabilité et en résistance physique et nerveuse. Pour persévérer dans ces qualités au fil du le temps, il faut à l’aiguilleur de la fierté pour ce qu’il est, avoir une bonne dose de passion et aimer à s’y identifier cet emploi qu’il a épousé et qui par excellence est incompatible avec le laxisme et l’irresponsabilité.

L’inconséquence ou tout ce qui lui ressemble ou lui est proche dans l’exercice de la fonction, l’attitude personnelle, l’organisation sociale, la relation avec les tiers, doit être traquée et stigmatisée à fin d’éviter toute catastrophe aux voyageurs. J’évoque le spectre du naufrage du « diola », car les signes évidents que nous courions vers cette tragédie étaient à priori bien là, mais ignorés, jusqu’à ce qu’elle se réalisât. On ne badine surtout pas avec le transport aérien.

Pour rappel, l’événement d’après les historiens, le plus important dans le monde du travail aux USA, est la décision en 1981 de Donald Reagan de licencier plus de 11.000 aiguilleurs du ciel et les bannir à vie de toute embauche dans l’administration américaine pour avoir refuser de retourner travailler à son injonction, après une grève de quarante huit heures.

Je ne préconise pas une telle sanction dans la situation actuelle, d’autant plus qu’une précision de taille a été faite par un responsable du mouvement des aiguilleurs à travers les ondes en l’occurence le sieur Mame Alioune Sène, qui édifie et rassure – « le seul motif de la grève dit-il est la sécurité du transport aérien, avec laquelle ils ne veulent pas transiger ». C’est clair et cela renvoie à l’éthique du travail de l’aiguilleur que j’ai décrite plus haut. Le pouvoir doit donc leur prêter une attention exceptionnelle et répondre dans l’urgence à leur besoin de leadership, de pertinence, de motivation et de compétence partout où le besoin se fait sentir, dans cet aéroport. J’imagine que c’est ce que le Premier ministre a bien compris et, en l’absence du Président de la République, s’est vite saisi de l’affaire pour décanter la situation et assurer la reprise du travail avant même les vingt quatre heures décrétées.

A mon avis, cette crise a cela de bien qu’elle doit nécessairement donner lieu à des investigations et à une récupération judicieuse des critiques pertinentes opportunément émises par les voyageurs qui en sont les victimes, pour prendre dès maintenant des mesures appropriées pour une maintenance au suprême degré de cet outil économique phare de notre pays.

À voir aussi

Remettre la politique à l’endroit! (Par Amadou Tidiane Wone)

60 ans « d’indépendance » et notre dépendance à l’aide extérieure ne cesse d’augmenter! Tant au plan …

Que pèse l’opposition sénégalaise au-delà de la bulle médiatique ? (Par Mamadou NDIONE)

Les dernières sorties de certains opposants sénégalais méritent une petite piqûre de rappel chiffrée qui …