SANTE

GRÈVE DES SYNDICATS DE LA SANTÉ À LOUGA- Le mot d’ordre largement suivi

  • Date: 26 mai 2016

 Le mot d’ordre de grève, de 48 heures, décrété, lundi 23 et mardi 24 mai 2016, par le Syndicat de la santé et de l’action unitaire, a été largement suivi au Centre régional Ahmadou Sakhir Mbaye de Louga. Les syndicats réclament du Gouvernement l’application des accords signés.

Les syndicalistes membres du Syndicat de la santé et de l’action unitaire composé du Syndicats autonome des médecins du Sénégal (Sames), du Syndicat national des travailleurs de l’action sociale  (Syntras), du Syndicat unique et démocratique des travailleurs municipaux (Sudm), de la Cnts/Santé, exigent l’application des protocoles d’accord signés avec le Gouvernement qui s’articule autour de plusieurs points. Il s’agit, selon Dr. Amadou Yerry Camara, le Secrétaire général adjoint du Sames national, « de la revalorisation des salaires, l’habitat social, l’application de la fonction publique locale et la correction de l’Acte III de la décentralisation, l’indexation des indemnités et primes sur la pension de retraite, la création de nouveaux corps et la garantie en fourniture d’eau et d’électricité des structures de santé ». À défaut de donner une indemnité de logement aux agents, l’État leur avait demandé de se constituer en coopérative d’habitat, ce que les syndicats avaient fait, mais depuis lors aucun acte n’a été posé. « Nous réclamons cette indemnité de logement parce que la santé est le seul secteur qui ne bénéficie d’aucune indemnité de logement. Aujourd’hui, force est de constater qu’aucune de ces instructions n’a été suivi d’exécution et aucun point d’accord n’a vu de matérialisation concrète. Ceci est le dernier engagement que l’État du Sénégal ne respecte pas dans le secteur de la santé », martèle-t-il.

Et d’ajouter : « Le statut qui vient d’être signé par le Gouvernement n’est rien d’autre que les dispositions contenues dans le Code du travail applicable en 2017 et qui ne nous rapporte rien du tout ». Tirant le bilan de cette grève, il déclare : « Le mot d’ordre de grève a été largement suivi au niveau de tous les hôpitaux du pays. Nous demandons à l’État de se ressaisir pour ne pas faire subir à la population la grève des cent jours dans le secteur de la santé. Et qu’il sache que nous avions levé notre mot d’ordre de grève à cause de Ebola mais cette fois-ci, nous l’avertissons qu’il ne faut pas compter sur le virus Zika qui frappe à nos portes pour qu’on en fasse de même. Au niveau des services, les médecins ont assuré le service minimum, c’est-à-dire les urgences qui se sont présentées à eux. Globalement, cela a impacté, mais n’a pas empêché la continuité du service ».

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15