Accueil / SOCIETE / Grève illimitée des concessionnaires du nettoiement Grand-Yoff renoue avec  des ordures

Grève illimitée des concessionnaires du nettoiement Grand-Yoff renoue avec  des ordures

La grève illimitée déclenchée par des concessionnaires de ramassage  des ordures pour réclamer plus de 5 milliards de francs Cfa à l’Etat,  aura des conséquences négatives sur la vie quotidienne des  Dakarois. A Grand-Yoff, le décor a changé ces derniers jours avec  des  dépôts sauvages qui se forment, comme c’est le cas au marché de  cette localité.

Des  habitants ont l’habitude d’entendre les klaxons des « Auto-mbalite » (véhicule de ramassage des ordures) qui déchirent l’air chaque matin. Hélas, ces derniers jours, c’est  le calme plat. En cette  matinée du  mois  de novembre, des ordures sont déposées là où passe habituellement le véhicule de ramassage. Aux Hlm Grand-Yoff, les dépotoirs d’ordures sont peu à peu visibles dans certains ruelles  et trottoirs. Trouvés dans leur siège sis à côté du pont Aliou Sow « Emergence », les techniciens de surface attendaient l’arrivée des camions pour aller collecter les ordures. D’après Malamine  Sèye,  le chef de zone de Grand-Yoff, les concessionnaires ont immobilisé leurs véhicules sous prétexte qu’ils ont des d’arrières de paiements. « Nous sommes là depuis 7 heures  à les attendre. Comme vous l’avez constaté, aucun véhicule de ramassage d’ordures n’est sur le lieu », a regretté  M. Sèye. A l’en croire, depuis vendredi, il y a des zones où les ordures ne sont pas collectées. C’est la seule situation qui prévaut actuellement.  Et d’ajouter qu’il y a  trois concessionnaires qui sont en train de travailler car ils ont mis à disposition un véhicule de ramassage pour se débarrasser des ordures dans certains axes très sensibles à Grand-Yoff. « Ce matin, on nous donné un véhicule pour  nettoyer au niveau du marché de grand-Yoff qui était impraticable avec un tas d’ordures », a fait savoir le chef de zone.

Des ordures au marché de Grand-Yoff

Le pire, c’est  au  niveau du marché de cette commune. Sur place, vers  les  coups  de 11 heures, le décor est impressionnant. Un tas  d’ordures  de toutes sortes est visible sur la route qui mène de la Patte-d’Oie au  commissariat de Grand-Yoff. Des restes des aliments pourris, des couches de bébés, des sachets en plastique par-ci, des bidons par-là, tout cela survolé par des mouches. Telle est la situation qui prévaut  ce lundi 6 novembre au niveau du marché, avec une odeur pestilentielle qui  pousse certains passants à se boucher le nez.  Deux  passants, à bord d’un scooter, balancent : « C’est la faute à la municipalité. Ces gens-là ne travaillent pas ». Certains vendeurs de chaussures et d’autres articles sont obligés de mettre des  masques au nez afin de résister à la mauvaise odeur qui empeste le marché et les habitations environnantes. C’est le cas de Madou Ndiaye, un tablier. « Cette situation ne nous arrange guère. Avec un tas d’ordures comme ça, non seulement nous ne respirons pas bien, mais nous n’aurons pas de clients », s’est désolé ce monsieur d’une cinquantaine  d’années.

La Santé de la population en jeu

Malgré la présence d’une pelle mécanique et d’un véhicule de ramassage qui venaient  juste de quitter à notre arrivée, on a l’impression que rien n’a été dégagé. En effet, cette situation devient une préoccupation pour la population. « C’est un problème de santé publique qui se pose actuellement. Parce que rester trois à quatre jours sans ramasser les ordures, surtout dans une zones comme Grand-Yoff où on faisait  à peu près  entre 90  et  110 tonnes par jour, pose problème », dira Malamine  Sèye. Pour lui, si les ordures ne sont pas ramassées, les  gens n’auront plus où les déverser. Il faut que  les autorités prennent les devants pour trouver une solution à ce  problème parce que les gens ne sont pas à l’abri des maladies.

Comme  le dit un proverbe : « Le malheur des uns fait le bonheur des autres ». Ainsi, les charretiers qui commencent  à nouveau  à sillonner les  quartiers, profitent déjà de ce  « congé  forcé  des techniciens  de surface ». Face à cette situation, Dakar risque d’être rattrapée par les vieilles habitudes car ces charretiers vont déversent n’importe où les  ordures. Avec eux, tous les lieux qui ont étaient propres deviendront des dépôts de déchets.

Zachari BADJI

À voir aussi

Rufisque : Un homme égorgé pendant ses ablutions

Émoi et consternation à Rufisque. Un homme y a été égorgé ce vendredi pendant qu’il …

La Dic arrête l’administrateur de la page Facebook « LCIS »

Les administrateurs de la page Facebook «Luttons Contre l’Indiscipline au Sénégal» sont dans une mauvaise passe. …