Accueil / Education / Grossesse précoces en milieu scolaire- Ziguinchor deuxième au niveau national

Grossesse précoces en milieu scolaire- Ziguinchor deuxième au niveau national

La région de Ziguinchor est un mauvais élève dans le cadre de la lutte pour le maintien des filles à l’école. c’est le constat fait par le réseau Siggil jiguén et les membres du club evf. au cours d’un comité de développement départemental (cdd) tenu hier, ces acteurs ont indiqué que sur le plan national, Ziguinchor vient en deuxième position après la région de Sédhiou, dans le cadre des grossesses précoces en milieu scolaire.

La région de Ziguinchor s’est illustrée sur un autre registre très différent de celui des performances scolaires. Selon les membres du Réseau «Siggil jiguen », et ceux des clubs Evf, Ziguinchor occupe la deuxième place concernant les grossesses précoces dans le milieu scolaire avec un taux de 19% contre 30% pour la région de Sédhiou qui est à la tête du peloton au niveau national. Cette situation, qui irrite les acteurs de l’éducation, a permis à ces derniers, de mettre le doigt sur la plaie béante en prenant une batterie de mesures pour disent-ils, « lutter contre ce phénomène qui ne cesse de prendre des ampleurs inquiétantes ».

Pour le Directeur du centre d’accueil, « ce phénomène de grossesses précoces en milieu scolaire touche sérieusement la région de Ziguinchor. Au niveau national, Ziguinchor se trouve à la deuxième place. Ce qui montre vraiment l’ampleur du phénomène », affirmet- il. Toujours, selon Abdou Badji, « il urge de prendre les mesures qu’il faut pour lutter contre les grossesses dans nos écoles. Surtout, à quelques semaines de l’ouverture des classes, des dispositions vont être prises pour accompagner les élèves durant l’année scolaire, pour réduire de manière sensible ce fléau», plaide-t-il. M. Badji, qui s’exprimait à la fin des travaux, souligne que les causes se situent à plusieurs niveaux.

«Les causes sont d’ordre familiale, manque d’éducation avec l’abandon des parents dans le suivi de leurs enfants, le port de tenues extravagantes dans les écoles, l’absence d’éducation à la vie sexuelle». De l’avis des acteurs de l’éducation, qui ont participé à ce Cdd, la lutte contre les grossesses précoces en milieu scolaire, «doit être une préoccupation de tout le monde». Par ailleurs, selon Hady Diarra, coordonnateur régional des clubs Evf, « les cas de grossesses sont nombreux, d’où la nécessité pour les autorités de prendre les devants pour bouter ce fléau hors de Ziguinchor ». «L’école est un cadre d’étude, mais pas pour recenser des cas de grossesses.

Ainsi, tous les supports de communication doivent être utilisés, de manière à accentuer les échanges entre les élèves euxmêmes à travers les clubs Evf», renchérit-il. Se prononçant sur les moyens de prévention, M. Diarra pense que, «l’abstention est le seul moyen pour les filles d’échapper à la grossesse, et continuer de belle manière, leur cursus scolaire jusqu’à terme».

L’As

À voir aussi

Cheikh Mbow, coordinateur national de la Cosydep- les défis d’une école de réussite

Avec un taux de réussite de 31% au Baccalauréat autrement dit 70% d’échecs ou encore …

Vol de la bourse des étudiants : Les curiosités d’une affaire troublante

Malgré l’arrestation rapide de deux suspects, l’affaire du vol à la régie de paiement des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *