Accueil / ACTUALITES / Groupe Afripages : De l’art de concentrer les bonnes adresses

Groupe Afripages : De l’art de concentrer les bonnes adresses

Abdoulaye Camara, le directeur général du groupe a mis en évidence les efforts introduits dont la pagination qui est passée de 565 à 600 pages. S’il en est ainsi, soutient M. Camara qui avait à ses côtés le Directeur administratif et financier, Karim Diakhaté, et le Directeur commercial Seydou Lô, c’est que l’accent a été mis sur la fidélisation de la clientèle d’une part, et, d’autre part sur l’extension de cette clientèle. « De 700, elle est passée à 750 entreprises cette année et parmi ses clients le plus présent on note les Petites et Moyennes Entreprises, les sociétés de communication, les sociétés de conseil en management et en placement de personnel ».

Source : Sudonline
Dans le cadre de la partition qu’il joue ou compte jouer pour la vitalisation du secteur économique du Sénégal, le groupe « Afripages » entend se rapprocher de l’Agence pour la promotion des investissements et des grands travaux (Apix) en développant le projet « Investir au Sénégal ».

Il est aussi rappelé que l’objet de « Afripages » est de développer une « argumentation sur le guide du business constitué d’informations pratiques sur les entreprises, les futures entreprises mais aussi, entre autres, sur les rouages de l’administration ». Cet annuaire, selon le Abdoulaye Camara, permet d’avoir une photographie de l’économie nationale à donner à voir aux professionnels des affaires et à tous ceux qui veulent prendre contact avec le milieu économique. « L’annuaire est un support de lecture qui permet à ceux qui veulent acheter de trouver rapidement ce qu’ils cherchent. Il permet aussi à ceux qui veulent vendre de trouver rapidement clients ». Bref, « c’est un outil de travail ».

Les « Pages Jaunes » ou, si l’on préfère, l’« Annuaire des professionnels » a une vocation sous-régionale qui s’est concrétisée par la présence au Mali et au Burkina Faso. En attendant de taper et de voir s’ouvrir les portes de tout l’espace de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). « On n’a pas d’autres choix que d’aller vers la consolidation de l’économie de marché sous régional. C’est notre seule chance pour faire face à la globalisation », a argumenté M. Camara.

Enfin, le Directeur général du groupe « Afripages » n’a pas écarté l’éventualité de répertorier le secteur informel. « On a l’ambition de répertorier le secteur informel constitué d’entreprises qui occupent une place très importante dans l’économie sénégalaise », a fait savoir Abdoulaye Camara. Ces entités, comme les dibiteries, les salons de coiffure, les tailleurs, les artisans et tous ceux qui tournent autour du secteur informel regorgent selon lui d’opérateurs économiques dynamiques et productifs.


À voir aussi

Droits de l’Homme : L’Onu épingle le Sénégal

Le Comité contre la torture des Nations-Unies (Un groupe de 10 experts indépendants qui surveillent …

Valse dans la magistrature

Remue-ménage au sein du Conseil supérieur de la magistrature. Cheikh Ndiaye Seck, qui était délégué …