Accueil / FAITS DIVERS / Guédiawaye : Poursuivie pour proxénétisme, la sexagénaire écope 6 mois assortis de sursis

Guédiawaye : Poursuivie pour proxénétisme, la sexagénaire écope 6 mois assortis de sursis

Appréhendée par les éléments de la police suite aux dénonciations de ses voisins qui lui reprochaient de faire du proxénétisme, Binta Sène, une sexagénaire reconnue coupable, a été condamné à une peine de 6 mois avec sursis.

Une proxénète d’une soixantaine d’années a été condamnée hier à une peine de 6 mois avec sursis. Née en 1947, Binta Sène qui répondait du chef de proxénétisme a pourtant formellement nié ce qui lui est reproché. Divorcée, mère de famille habitant à Guédiawaye, la dame a déclaré au juge n’être victime que de la puissance de ses voisins qui, pour lui montrer leur mépris, s’étaient rendus à la police pour porter de faux jugements sur sa personne.

Des allégations que ne veut pas entendre le président du Tribunal qui lui a fait la lecture du procès-verbal, dans lequel les voisins ont déclaré que la prévenue mettait en location une des deux chambres de son domicile aux couples qui désiraient s’envoyer en l’air, pour 1 000 F Cfa la passe. D’ailleurs, un de ses accusateurs, a même révélé aux policiers avoir utilisé à 5 reprises une des chambres de la dame pour entretenir des relations sexuelles avec une de ses partenaires, lui a fait savoir le tribunal.

Ces déclarations lues à haute voix par le président du tribunal n’a pas laissé de marbre la dame qui s’est mise à pleurer devant la barre, avant de rejeter formellement le costume de proxénète que lui ont taillé ses voisins, jurant n’avoir jamais, dans sa vie, fait une telle chose. Essuyant ses larmes après la menace du tribunal de renvoyer l’affaire jusqu’à une prochaine fois pour permettre la comparution des témoins, la dame a dit anticiper pour présenter ses excuses au tribunal s’il estimait que les faits sont avérés. Mais a t-elle clamé s’en remettre à Dieu si c’est elle qui détenait la vérité.

Après avoir réprimandé Binta Sène, en lui signifiant que le comportement d’une dame de son âge aurait été de s’armer d’un chapelet pour prier, le tribunal l’a reconnu coupable et l’a condamné à 6 mois de prison assortis de sursis. Une peine réduite que le président du tribunal explique par une volonté de donner juste un avertissement à la vieille dame.

Le Populaire

À voir aussi

Il croupit en  prison pour avoir battu sa femme enceinte

Le cultivateur Amadou Bâ marié depuis 20 ans réfléchira par deux fois une prochaine fois …

Bene Baraque: Le gang de faux policiers démantelé !

Le gang de faux policiers doublés d’agresseurs, qui hantait le sommeil des populations de Yeumbeul …