Accueil / SOCIETE / GUÉDIAWAYE- Une élève enceintée par son frère de sang

GUÉDIAWAYE- Une élève enceintée par son frère de sang

Les faits ont eu lieu dans le département de Guédiawaye, précisément dans la Commune de Wakhinan Nimzath. En effet, c’est une élève, en classe de terminale, qui fréquente un Lycée de la place, qui a été enceintée par son frère de sang. Une affaire qui défraie la chronique dans  la banlieue.

« Les notables du quartier où les faits se sont produits, des parents et proches de la famille, sont en train de tout faire pour étouffer cette affaire. La fille doit être âgée entre 18 et 19 ans. Elle partageait avec son frère, la même chambre, la même école et ils étaient tous dans la même classe de terminale au Lycée S. L. L. », narre notre source. Beaucoup de personnes se posent la question de savoir quelle mouche a piqué le frère jusqu’à commettre un tel acte ignoble ? En tous cas, cette affaire qui alimente les débats a plongé toute la         famille dans l’émoi et la consternation. Les proches  du « couple » n’ont que leurs yeux pour pleurer même s’ils n’ont pas été tous les deux expulsés de la maison. Selon les témoignages recueillis de part et d’autre auprès des membres de la famille, « les deux enfants sont très proches depuis l’enfance. Ils étaient considérés par leurs parents, comme des exemples pour leur harmonie et leur solidarité. Les géniteurs ignoraient que leurs progénitures entretenaient des relations sexuelles ».

Toujours est-il que selon un membre de la famille, « personne n’avait jamais vu Amadou Bâ avec une petite amie, ni le copain d’Aminata Bâ. On croyait que c’étaient des enfants exemplaires, vraiment des modèles ». NGary Bâ, père des enfants, se dit trop choqué par cette affaire qui risque de briser son ménage. « Il y a tout juste quelques jours, la fille a fait une crise de paludisme. Elle avait été transportée à l’hôpital où elle va subir quelques examens médicaux. Le diagnostic de la sage femme est sans appel : A. Bâ porte une grossesse de deux mois et demi. Bien que déçus, jusque-là, les parents n’en font pas un drame. À sa sortie de l’hôpital, elle est soumise à un interrogatoire musclé de la part de tous les membres de la famille, à l’issue duquel elle avouera tout. Pour le moment, les enfants sont toujours dans la maison, suite à l’intervention de bonne volonté, des notables et responsables du quartier, qui ont demandé à Ngary Bâ de ne pas expulser ses enfants », précise toujours notre source. Des cas du genre se produisent de plus en plus dans la banlieue mais restent souvent étouffés par les familles.

Sada Mbodj

Share This:

À voir aussi

KORITE 2017- La volaille se fait rare

A soixante-douze heures (72h) de la célébration de l’Aïd El Fitr, les populations de la …