POLITIQUE

GUEGUERRE APRES LA DEFAITE La peur de sanctions hante les apéristes de Dakar

  • Date: 8 septembre 2016

Rien ne va plus chez les apéristes de Dakar. Abdoulaye Diouf Sarr, Maire de Yoff, pointe du doigt Yakham Mbaye qui réagit violemment. Me Djibril War, dans une interview parue hier, défend Diouf Sarr et promet de tout faire pour que ce dernier soit maître de leur parti à Dakar.
En réaction à cette sortie, Seydou Diouf, le porte-parole de l’Alliance pour la République de Dakar-Plateau a, dans un communiqué transmis à notre rédaction, qualifié les propos de Me War de « lâches et de mensongers ». Seydou qui rappelle que c’est Diouf Sarr qui a ouvert les hostilités par l’intermédiaire d’un de ses proches, en imputant la responsabilité de cette défaite à Yakham et à d’autres responsables, n’a pas été tendre avec le Président de la Commission des lois à l’Assemblée nationale.

Le porte-parole de l’Apr à Dakar Plateau a tenu à préciser que Yakham est loin d’être un militant de la 25ème heure et que grâce à la confiance qui a été placée en lui, l’Apr à Dakar a vu son blason redoré. Bref, ça chauffe dans les rangs du parti.

Et on peut se demander ce qui motive les uns et les autres à se rejeter la responsabilité de l’échec de Dakar qui est pourtant logique, au regard des résultats des dernières locales où Khalifa et ses proches avaient sous leur contrôle l’écrasante majorité des conseillers.
A cette interrogation, nous ne voyons qu’une réponse : C’est la peur de sanctions qui hante le sommeil de certains responsables de l’Apr.

En effet, il se susurre qu’un remaniement pourrait intervenir et que le Haut conseil des collectivités territoriales pourrait être le cimetière de ministres et de hauts responsables déchus de leurs postes. Cette appréhension est d’autant plus tenace que le Président Sall aurait, encore une fois, menacé de sanctions les responsables qui se seraient entêtés de se présenter et qui auraient perdu les élections.

Et comme chacun veut sauver sa tête, il est de bon ton de situer la responsabilité chez l’autre pour que le Président Sall qui ne s’est pas encore prononcé, ne déverse pas sa colère sur soi.

A cette réalité, s’ajoute le malaise interne au niveau de l’Apr. Nombre de responsables ne sont pas satisfaits du sort qui leur est réservé. Certains attendent des postes qui n’arrivent pas, au moment où des transhumants sont promus à de hautes responsabilités avec des institutions taillées sur mesure.
Pis, l’insuffisance de structuration du parti et son arrivée prématurée au pouvoir ont favorisé des dysfonctionnements à tous les niveaux. Nombre de responsables dans divers localités se regardent en chiens de faïence. Abdoulatif Coulibaly a même dénoncé un manque d’organisation dans leur formation politique. Et il en a eu pour son grade.

Les attaques contre lui, de la part du maire apériste de sa localité, sont très sévères. On l’a qualifié de « nain politique » même si on reconnait ses qualités intellectuelles.

Le leader de l’Apr, le Président Sall, intervient de temps en temps pour remettre de l’ordre, mais d’une façon ponctuelle pour ne pas dire conjoncturelle.

Il doit savoir que l’Apr est maintenant un grand parti. Il s’est massifié, a mûri, mais refuse de grandir. Il est alors temps que le parti travaille à mettre en place de vraies structures en départageant les responsables locaux en laissant le choix à la base.

Le mode actuel de fonctionnement de l’Apr est tellement défectueux que le président Sall est souvent obligé de compter beaucoup plus sur ses alliés que sur ses partisans, surtout si ces derniers passent tout le temps à se crêper le chignon.

Alors, il est temps que les apéristes observent une certaine discipline de parti en évitant surtout de se donner en spectacle, ce qui va négativement impacter sur les échéances électorales futures. D’autant plus que les alliés sont, eux aussi, de plus en plus mécontents.

Assane Samb

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15