ACTUALITE

GUEGUERRE, MENACES, DELATIONS, ATTAQUES VERBALES… Quand Sonko et Abdoul Mbaye radicalisent Etat et opposition

  • Date: 22 septembre 2016

Le dialogue d’avec son opposition a presqu’été absente de la gestion de Macky. Mise à part la seule tentative de mai dernier, où le Parti démocratique sénégalais (Pds) était l’une des rares formations politiques de l’opposition à y participer, aucun dialogue vraiment digne de ce nom n’a réuni autour d’une table le Président Sall et son opposition.

Il y a eu, depuis le début de son magistère en 2012, une absence de concertation avec ses adversaires. Il y avait une guéguerre avec le Pds sous fond de poursuites judiciaires, non seulement contre Karim Wade le fils de l’ancien Président, mais aussi contre au moins une vingtaine de libéraux dont Aïda Ndiongue et l’ancien ministre de la Justice, Me Amadou Sall.

Cette situation a perduré jusqu’à la sortie de Rewmi de Idrissa Seck de la coalition. Ce dernier a repris le flambeau de la contestation contre la politique de Macky, aidé en cela par certains partis politiques de moindre envergure, mais tout aussi déterminés.

Aujourd’hui, la naissance de nouveaux partis comme Pasteef de Ousmane Sonko et Act d’Abdoul Mbaye, ont accentué cette rupture du dialogue entre opposition et pouvoir. Sonko est révoqué de la Fonction publique et Abdoul Mbaye, ancien Premier ministre sous Macky, écope de poursuites judiciaires pour lesquelles son passeport a été retiré, même s’il s’agit d’une affaire civile.

Tous les deux ont infléchi ou largement influencé les rapports entre pouvoir et opposition, dans le sens de la radicalisation des deux camps. Car, il ne fait pas de doute que les révélations sur la gestion des ressources pétrolifères et gazières ont jeté le discrédit dans le camp présidentiel et apporté des arguments de taille à l’opposition qui prépare activement les législatives de 2017.

L’Etat a révélé son point faible

Les sorties du Premier ministre Mahammad Boune Abdallah Dionne et les menaces qu’il a brandies, n’ont fait que jeter de l’huile sur le feu.

La réaction du Pm, qui traduit une certaine exaspération, n’a fait que conforter l’opposition dans le fait qu’elle tient le bon bout. Le lion qui dort a non seulement été réveillé, mais il a été blessé. Le camp présidentiel venait de donner la preuve de son point faible. Alors, l’opposition ne reculera plus sur ce point. Et le pouvoir non plus.

C’est donc aujourd’hui l’escalade. Celle-ci peut aller loin en occasionnant des troubles lors des futures élections les plus proches.

La rivalité politique a pris des proportions d’autant plus graves que des individus sont touchés dans leurs statuts, leurs avenirs professionnels, leurs libertés et leur honorabilité.

Si Aliou Sall défend son honneur et se mets à l’abri d’une fin de carrière politique prématurée, avec les conséquences tout aussi néfastes pour son frère Macky, Sonko tient à retrouver ses droits et Abdoul Mbaye sa liberté. A ce niveau de la bataille politique, la rivalité ne peut que se transformer en bataille de survie. Eh bien, c’est ce qui se passe actuellement.

Et chacun voit ses alliés se liguer à ses côtés pour discréditer l’autre camp. Et il en sera ainsi jusqu’en 2017. Car, c’est la perspective des élections futures qui ravive les tensions. Et comme l’Etat n’a pas hésité à utiliser ses droits régaliens contre des opposants, ces derniers joueront encore longtemps sur la carte du pétrole et du gaz. Et si jamais les autorités mettent en exécution leur menace en emprisonnant ceux qui seront tentés d’en parler encore, ce sera la goutte d’eau qui fera déborder le vase.

C’est pourquoi, nous pensons que l’on peut revenir, dans chaque camp, à de meilleurs sentiments afin d’éviter que ce qui n’est qu’une adversité politique, n’entache à jamais la démocratie sénégalaise si citée en exemple à travers le monde.

En somme, il faut un retour à une adversité saine, celle-là qui a fait qu’il y a eu deux alternances sans anicroche majeure.

Assane Samb

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15