téléchargement

GUERRE DES PROJETS À DAKAR Des voix s’élèvent pour recadrer Diène Farba Sarr

 Le Sénégal ne se limite seulement pas à Dakar. C’est un slogan de campagne et après campagne du président Macky Sall. Mais la bataille pour le contrôle d’une petite place à Dakar nous fait dire que Macky et son contingent misent sur Dakar pour des raisons électoralistes. Patrice Sané, responsable de l’Apr et Amadou Sène Niang Consultant en décentralisation, demandent à l’État de plier bagage et d’aller dans les régions de l’intérieur du pays où il y a plus d’espace et de besoin.

L’affaire de la Place de l’indépendance indispose certains proches du président de la République. C’est le cas de l’activiste de l’Apr, Patrice Sané, très actif dans les réseaux sociaux quand il s’agit de défendre le président Macky  Sall et son régime. Pour ce responsable Apériste, « c’est vraiment renversant ce qui se passe actuellement dans la capitale sénégalaise. Comment expliquer la bataille puérile entre le ministère en charge de l’Urbanisme et du Cadre de vie et la Mairie de Dakar pour l’embellissement de la Place de l’indépendance ? Quels sont les enjeux ? Soyons Républicains et respectons les Sénégalais. Entre un projet de 300 millions et celui de 4 milliards, il y a pas de comparaison possible », dénonce M. Sané.

Selon lui, cette démarche du Gouvernement a une connotation politique. « Combien de départements et de régions au Sénégal ont grandement besoin d’être réhabilités ou embellis ? De Kolda à Barkédji, de Salémata à Bokki Diawé, de Ronkh à Vélingara-Ferlo, tout est à construire. Donc, il y a de la place pour tout le monde et pour tous les projets. Et le Sénégal et les Sénégalais ne demandent que cela. La politique politicienne nous plombe gravement, la logique de la rationalisation des dépenses publiques devrait pousser l’État à laisser le champ libre à la Mairie, dès lors qu’elle a les moyens techniques et financiers pour réaliser un tel projet. Et l’État devrait, dès lors, réorienter cette enveloppe vers d’autres secteurs prioritaires », peste toujours Patrice Sané. Et de renchérir : « le Sénégal ne se limite pas qu’à Dakar. Nous devons soutenir le Maire socialiste, Khalifa Sall, dans son projet ambitieux pour une seule raison. C’est notre allié dans la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY). Aussi, l’État central tout comme l’État décentralisé travaille pour le bien des populations. »

Pour Amadou Sène Niang, Consultant en décentralisation, l’État doit laisser cette place qui revient à Khalifa Sall et aller voir ailleurs. « Dans toutes les grandes capitales du monde, les grandes places sont gérées par des mairies de villes.  Le projet de l’État peut être utile à la population de Ziguinchor, Kolda ou encore Thiès », soutient-il. Depuis hier, des voix s’élèvent pour dénoncer ce bras de fer entre l’État et la Marie de Dakar.

Ibrahima Khalil DIEME 

Voir aussi

telechargement-2

FINANCEMENTS DES FEMMES DE L’ÉMERGENCE L’Assemblée nationale adoube Moustapha Diop

  La démarche charrie beaucoup de commentaires de la part de ceux qui y voient …