habib_beye_sud

Habib Beye, ancien international et consultant sur Canal+ : « Je reviendrai sur les terrains »

L’ancien international sénégalais Habib Bèye ainsi que le journaliste Aboubacry Ba sont à Dakar pour présenter le programme d’un mois de juin riche en sport (83 matchs en 37 jours) sur les antennes du groupe Canal+ Afrique avec l’Euro 2016 et la Copa America qui se profilent. Le néo consultant en a profité lors d’un détour effectué hier, jeudi, à la Rédaction du Sud Quotidien pour revenir sur sa carrière internationale, faire part de son optimisme sur le travail du staff d’Aliou Cissé ainsi qu’un éventuel retour sur les terrains en tant qu’entraineur.

Pourquoi avoir choisi de rejoindre l’équipe nationale du Sénégal plutôt que la sélection française qui pourtant, vous convoitait ?
Lorsque j’ai reçu le coup de fil de Bruno Metsu pour me faire part de son intérêt,  j’avais effectivement déjà été présélectionné par l’équipe de France. Mais étant donné que je suis de père sénégalais (Abdou Bèye, ancien international, Ndlr) et par soucis de me rapprocher de ma famille vivant au Sénégal, que je n’avais pas l’opportunité de voir, j’ai opté de jouer avec les Lions. Donc, cela n’a pas du tout été un choix par défaut.C’était avant un match contre la sélection algérienne que nous avions remporté 3-0 en match de qualification de la CAN et au Mondial 2002 …Je me suis toujours senti proche de l’Afrique et du Sénégal. C’est la raison pour laquelle, même en tant que consultant, j’ai tenu à travailler pour ce continent (Rfi et Canal+Afrique).
Que vous évoque Radès 2004 ?
(Il hésite) Mon seul but en sélection ! C’était de la tête sur corner contre le Mali match qu’il fallait absolument égaliser pour passer au 2ème tour. Un bon souvenir…
Votre sentiment sur le poste de latéral droit qui est considéré comme le poste qui offre le moins de garanties ?
Je suis d’avis qu’il ne faut pas juste pointer du doigt ce poste de latéral droit. C’est tout l’équilibre collectif qui doit être remis en cause. Même s’il est vrai que lors de la défaite contre l’Algérie lors de la dernière CAN 2015 en Guinée équatoriale (3e match de poule) les buts sont tous venus des ailes. De toute façon, il y a une pénurie de grands joueurs à ce poste même au plan mondial. A part Dani Alves et Philip Lahm il n’y a plus de stars à ce poste et cela est dû à mon avis à la formation. De nos jours les jeunes préfèrent tous jouer devant en attaque. Les grandes stars actuelles sont tous attaquants ou milieux offensifs. Avant dans les années 70 et 80, il y avait de très grands noms en défense comme Beckenbauer, Baresi,  Maldini qui étaient de véritables stars. Maintenant, ils sont plus rares à ce poste.
Aucun joueur sénégalais sur les quarante africains engagés en LDC cette année…Disposons nous des joueurs pour gagner une compétition majeure ?
Bien sûr que pour gagner les grandes compétitions, il faut jouer dans les grands clubs et être confrontés au plus haut niveau au quotidien.Je vais vous donner un exemple très simple Sadio Mané  joue à Southampton dans une Premier League très relevée et très difficile. C’est une équipe qui a fini 6e et il a mis une dizaine de buts tout de même…Vous avez des joueurs comme Cheikhou Kouyaté et Kalidou Koulibaly qui ont fait une très belle saison avec West Ham et Naples. Le problème aujourd’hui, ce n’est pas de jouer en ligue des champions c’est surtout de jouer, d’être compétitif et d’enchainer les matchs pour être au top sur le plan physique. Après, bien sûr ce serait l’idéal d’avoir des Sénégalais qui jouent au Real de Madrid ou à Barcelone, parce que ça ferait de la sélection une meilleure équipe…mais rappelez-vous avant l’épopée de 2002 personne ne jouait dans un grand club ! Nous sommes partis dans les grands clubs après. Moi, je jouais à Strasbourg, Ferdinand Coly et El Hadji à Lens, Henri Camara à Sedan, Fadiga à Auxerre, et pourtant nous avons été en quart de finale en éliminant Zlatan Ibrahimovic (Suède) Recoba (Uruguay) et les champions du monde de l’équipe de France. Il faut être très vigilant sur l’analyse ! L’analyse de cette équipe du Sénégal  ne doit pas se faire par rapport à ce qu’elle pourrait être mais par rapport à ce qu’elle est. Et, ce qu’elle est aujourd’hui, c’est qu’elle figure en tête de sa poule avec 12 pts. On peut toujours critiquer la manière de jouer ou ne pas aimer le management d’Aliou (Cissé) mais pour l’instant sa méthode fonctionne puisque son équipe est en tête de sa poule et je pense que l’année prochaine on aura peut-être des joueurs qui joueront la Champions League. Je pense notamment à Sadio (Mané) et à Kalidou (Koulibaly) qui sont sollicités par les plus grands clubs européens.
Avez-vous pensé à une reconversion en tant que coach ?
Ce dont je suis sûr c’est que je reviendrai sur les terrains. Après, je ne sais pas si ce sera en tant que coach en tant que président ou dans une cellule de recrutement …Pourquoi pas mettre en place un vrai projet sportif ? Je pense qu’on a un vrai déficit dans ce domaine que ce soit en France ou en Afrique. Pour vous répondre très simplement, je pense que le vrai problème c’est qu’on ne prend pas les soucis à la base. Il n’est  pas logique, qu’ici au Sénégal, qu’on ne met pas tout en œuvre pour que des jeunes soient accompagnés avec une ligne directrice du plus jeune âge jusqu’au niveau professionnel comme le fait par exemple la Masia (centre de formation du Fc Barcelone).Si vous rentrez au Barça à 6 ans, vous jouez avec la même philosophie de jeu que les professionnels jusqu’à 18 ans. Lorsqu’ils en sortent, ils ont déjà assimilé le projet de jeu et la mentalité nécessaire pour s’imposer au plus haut niveau. Quand j’aurai passé mes diplômes, parce que je compte le faire, je reviendrai sur les terrains pour apporter ma vision des choses.

Voir aussi

images-4

‘’LION’’ D’OR D’AL MOUNTAKHAB- Sadio Mané nominé

Sadio Mané (Liverpool, Angleterre), Ballon d’or sénégalais 2016, accumule les nominations. Il a été nominé …