Accueil / FAITS DIVERS / HAMO GUEDIAWAYE : La femme adultère enceinte, se fait photographier nue par l’épouse de son amant

HAMO GUEDIAWAYE : La femme adultère enceinte, se fait photographier nue par l’épouse de son amant

Une rocambolesque affaire d’adultère secoue le quartier Sentenac à Hamo Guédiawaye. Mariée à un Gambien, la dame Ndèye Astou Séne qui est actuellement enceinte, a été photographiée, toute nue, par la femme de son amant qui a par la suite répandu les photos dans tout le quartier. Touchée dans son honneur, la femme adultère a envoyé en prison le couple pour outrage public à la pudeur.

Avoir un mari volage n’est pas de tout repos, comme l’a expérimenté Madjiguène Ndjim qui, à plusieurs reprises, a eu échos des inconduites de son coureur de jupons de mari. Son avocat, Me Thioye peint d’ailleurs à juste propos le mari volage en ces termes : «il tire sur tout ce qui bouge et même. .. sur des femmes mariées et enceintes».

Retour sur les faits qui ont abouti au procès ayant opposé Madjiguène Ndjim, son époux Abdou Gaye et Ndèye Astou Sène, femme mariée et amante de ce dernier.

Ndèye Astou Sène promet l’enfer à son amant : « Je vais te montrer mes salan salan »

Tout a commencé lorsque le 29 mai dernier, vers les coups de 21 h30, Abdou Gaye reçoit un appel téléphonique d’une femme. Assis aux côtés de son épouse qui est d’une jalousie maladive, au point d’être surnommée «la lionne» par les filles du quartier, le mari qui, apparemment, était énervé, demande à celle qui était au bout du fil de ne plus l’appeler pour déstabiliser son ménage. Exigeant des explications, Madjiguène Ndjim soutient que son époux a fini par lui expliquer, après plusieurs tergiversations, que leur voisine de quartier, Ndèye Astou Sène l’appelle souvent pour lui demander de l’argent et quelquefois en contrepartie d’une partie de jambes en l’air. Voulant donner des gages de fidélité a son épouse, Abdou Gaye qui soutient vouloir démontrer à cette dernière que c’est Ndèye Astou Sène qui, bien qu’étant mariée le harcèle, décide de lui tendre un piège, en l’invitant le même jour chez lui.

La femme adultère réclame 10 millions

C’est donc dans ces circonstances qu’il demande à son épouse de trouver un appareil photo et un témoin, pour immortaliser la scène. Joignant l’acte à la parole, Abdou Gaye appelle Ndèye Astou Sène qui promet de passer pour lui montrer ses «salan salan », non sans lui demander si sa «lionne» de femme ne risquait pas de les surprendre. Rassurée que cette dernière était absente, elle mordit à l’hameçon et se pointa à l’heure convenue. Pendant ce temps, la dame Madjiguène Ndjim qui s’était cachée dans sa salle de bain en compagnie d’une de ses amies, guettait le moment opportun pour surgir.

Assise sur le lit conjugal du couple, Ndèye Astou Sène qui ne cessait de répéter à son amant «si jamais ta lionne nous trouve nous sommes fichus», avait demandé à l’amant d’éteindre la lumière avant de déshabiller. Nue comme un vers, la dame enceinte de 5 mois eut la peur de sa vie, lorsque l’épouse de Abdou Gaye surgit avec un appareil photo à la main. «Di naa la wéér si cogne bi, ba nga mel ni gejj (ndfr : je vais te jeter en pâture au voisinage)», lui lança Madjiguène Ndjim, en la prenant sous plusieurs angles. Et dès le lendemain, la dame, ayant développé les photos, les répandit dans tout le quartier.

Selon la femme adultère, c’est l’une de ses sœurs qui est venue lui montrer les photos en pleurs, en lui disant qu’elle était la risée de tout le quartier. S’estimant touchée dans son honneur, elle n’avait pas hésité à porter plainte contre le couple, pour attentat public à la pudeur, avant de réclamer un dédommagement de 10 millions de francs. À la barre du tribunal départemental elle a expliqué avoir été trompée par Abdou Gaye qui l’a invitée chez lui avant de la déshabiller de force, sur ordre de son épouse qui tenait un couteau. Des allégations qui ont été rejetées par le couple qui a quand même avoué avoir répandu les photos dans le quartier.

Qualifiant les faits de «bombe sociale», le procureur de la République a requis une peine ferme de quatre mois à l’encontre des deux prévenus, là où les avocats de la défense qui ont estimé que le seul tort de la dame était de vouloir sauvegarder son ménage, ont plaidé la bienveillance de la loi. Le délibéré de cette affaire est prévu pour le 16 juin prochain.

Ndèye Anna NDIAYE

Source Le Populaire


À voir aussi

Yang-yang (Linguère)- La gendarmerie arrête une bande de voleurs de bétail

Ouf de soulagement des populations de l’arrondissement de Yang-Yang ! Une bande de voleurs de bétail …

A force d’être radins, Amadou Ba et Thilal Amadou Sow dépouillés de 880.000 FCFA

Plus radins que les sieurs Amadou BA et Thilal Amadou SOW, tu meurs. Les deux …