Accueil / ECONOMIE / « La hausse du prix du ciment perturberait  l’évolution  économique»

« La hausse du prix du ciment perturberait  l’évolution  économique»

Après  la  sortie  de l’arrêté du ministère  du commercebloquant  les prix  du ciment à leur niveau antérieur, le Dr Souleymane Keita, enseignant Chercheur Université Cheikh Anta Diop Dakar  et  spécialiste en économie industrielle s’est  prononcé  sur cette  question . Dans  un  entretien, dernier est  revenu  pour expliquer  sur les conséquences que  pourrait  entrainé  cette hausse annoncée  par la Sococim.

«  Je pense que c’est une bonne décision  parce que  cela respecte la volonté des concitoyens et la  population » , a répondu  à la question de savoir  sur l’arrêté signé par  le ministre en  charge  du Commerce,  bloquant toute  hausse du  prix du ciment.  Pour lui, cela   permet de  maintenir  le  pouvoir d’achat  d’autant plus que  la croissance économique  actuellement est tirée en grande partie  par  le secteur du Bâtiment et Travaux Publics (BTP). S’agissant les conséquences qu’engendrait  une telle mesure, si  le ministre n’avait pas signé  cet arrêté, il a  laissé  entendre que cette augmentationperturberait ce qu’on appelle  l’évolution  de l’économique. Il y aurait un désinvestissement. « Vous avez constaté  que l’économie sénégalaise en  grande partie  est caractérisée  par le secteur informel. Cette mesure allait avoir un effet au niveau des  investissements  mais  aussi  sur  l’activité  économique. Du coup,  ceci allait  baisser complétement  le pouvoir d’achat  des populations.  Elle  va  accroître le chômage parce la plupart des  jeunes  qui évoluent  dans le secteur informel sont dans le secteur du BTP », a-t-il expliqué. D’après  l’enseignant Chercheur,  cela va  toucher  le secteur du BTP  mais également et d’autres secteurs parce qu’il y a ce qu’on appelle  un effet  de nivellement. Ce qui  constitue  un fil conducteur entre les  différents  secteurs  de l’activité économique. A l’en croire, cette  hausse sur le prix du ciment  n’est pas une volonté  voulue par  les  cimentiers. Il y a l’augmentation des  prix  des intrants  à savoir le fuel  qui rentre dans la production  du ciment. C’est une conjoncture  mondiale.  Maintenant,   c’est  la volonté  de l’Etat  aussi  de jouer  le rôle d’arbitre,  soit  par  une subvention  de  ces secteurs ou bien par un  maintien le  prix  initial pour  que le niveau d’investissement ne soit pas perturbé.  Concernant  de prendre  les mesures pour éviter  les hausses  répétitives, il avance : « Je suis  désolé de le dire, on est sans  solution. Le  niveau de l’augmentation  du prix ne dépend pas de nous.  C’est au  niveau  du marché mondial ».  Et de conclure : «  Les  prix  au niveau international auront toujours  des conséquences  sur  l’économie nationale. On est obligé  de  subir  le  fouet  des perturbations  de l’économie mondiale ».

 

Zachari BADJI

 

À voir aussi

Eva Marie Coll Seck à la tête de l’Itie

L’ancienne ministre de la Santé Awa Marie-Coll Seck a été nommée par décret présidente du …

Climat: Les collectivités territoriales exposent leurs difficultés à accéder au Fonds vert

Un atelier national sur le financement décentralisé de l’adaptation au changement climatique s’est tenu sous …