ACTUALITE

HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITÉS LOCALES Des élections de plus pour une institution de trop

  • Date : 11 août 2016

Le Sénégal s`achemine, le 04 septembre prochain, vers des élections. Il s`agit d`élire les 80 conseillers devant siéger au niveau du Haut conseil des collectivités locales (Hcct), les 70 autres devant être désignés par le président de la République.

Bien sûr, cette élection ne concernera pas le grand public mais plutôt les conseillers municipaux élus lors des dernières locales tenues en juin 2014.
Les états-majors politiques s`activent vivement pour assoir les conditions de leur participation. Ce scrutin est diversement apprécié par ces formations politiques surtout de l`opposition. Si au niveau du Parti démocratique sénégalais (Pds), l`heure est à la préparation de la bataille pour la remporter, au niveau du Grand Parti de Malick Gackou, on opte pour le boycott.

Au niveau de la majorité, l`enjeu divise déjà les différents segments du jeune parti présidentiel l`Alliance pour la République (Apr) dont les appétits des uns et des autres trouvent encore une fois, une occasion de s`exprimer et pas de la meilleure manière.

En tout état de cause, l`Etat est en train d`engager ces élus dans une élection de trop. Comme au référendum. Apres cette consultation populaire pour des réformettes avec un taux d`abstention record de plus de 60%, on va encore organiser des élections avec tout ce qu`il faut en termes budgétaires. Les élections, on le sait, coûtent cher. Il faut de l`encre, du papier, des isoloirs, du personnel et j`en passe.

Or, on a organisées en 2014 pour les locales et en mars 2016 pour le référendum. Si on en organise en septembre, cela fera deux élections pour cette année. Si on en rajoute les législatives en 2017, c`est à dire dans quelques mois et la présidentielle en 2019, personne n`aura plus le temps de travailler.

Or, nous ne pouvons pas nous mettre, perpétuellement, dans une position de campagne électorale permanente. Le référendum pouvait être évité d`autant plus que l`Assemblée nationale suffisait à modifier beaucoup de lois.

Et il va s`en dire que le Hcct nous semble être une élection de trop parce que devant consacrer une institution de trop. Dans le régime présidentiel ou présidentialiste qui est le nôtre, aucune institution en dehors de celle du Président de la République ne peut avoir une réelle emprise sur la marche des choses. On l`a vu récemment avec l`Ofnac. C`est le chef de l`Etat qui est le maître du jeu et il se débrouille pour verrouiller le système de telle sorte que tout part de lui et que tout retourne à lui.
Donc, à côté du Ministère des Collectivités locales qui se bat pour mériter la confiance du président, nous ne voyons nullement l`utilité de mettre en place un haut conseil de plus surtout si l`on sait que cela va nous coûter très cher avec l`organisation d`élections.
Déjà, la décentralisation pose énormément de problèmes avec l`Act III qui recèle des insuffisances dont les différents acteurs et experts ont posé le diagnostic. Il appartient alors à l`Etat d`agir.

Mieux, en vertu de l`esprit de la décentralisation, les collectivités rurales n`ont pas besoin de tutelle. Et deux institutions de tutelle (Ministère et Hcct), cela fait pagaille.

Tout indique par ailleurs que la mise en place de cette institution obéit à un calcul politicien. Il s`agit ni plus ni moins que de caser des partisans et des alliés pour en faire des combattants en perspectives des prochaines élections, législatives et présidentielles.
Macky semble avoir regretté la suppression du Senat dans un contexte ou même l`Assemblée nationale ne sert plus à grand-chose.

Assane Samb

Les Plus Populaires
Les plus commenté
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15