POLITIQUE

HCCT : Rien qu’un embrouillamini institutionnel !

  • Date: 6 septembre 2016

Le Sénat, tel un phœnix, renait de ses cendres à travers le Haut Conseil des Collectivités territoriales (Hcct). Une Institution que le président de la République avait gelée du paysage institutionnel, dès le début de son magistère à cause des inondations.

Aujourd’hui, Macky Sall se rebiffe et a ressuscité un Sénat bis. Face la conjoncture économique extrêmement difficile, aucune réalité sociopolitique ne parait pouvoir justifier la création d’un Hcct. Inopportun et inutilement budgétivore !  Notre démocratie souffre moins de l’insuffisance du nombre d’institutions que de leur dysfonctionnement. Déjà que bon nombre de  Sénégalais posent la question sur l’importance de l’Assemblée nationale, pourtant pierre angulaire de la démocratie, la création d’un Hcct, un Sénat bis, vient en rajouter à cet embrouillamini. Car difficile sera de convaincre, malgré toute la casuistique déployée par ses partisans, que le Hcct n’est rien d’autre qu’une trouvaille pour offrir des parachutes dorés à certains caciques du système en manque de postes. Le Hcct ne serait rien d’autre qu’une dernière trouvaille d’une coalition dénommée Bby pour caser ses vieilles machines politiques. N’auriez-vous pas été beaucoup plus inspiré, Monsieur le Président, en fournissant à l’Assemblée nationale de quoi jouer pleinement son rôle, en dotant par exemple chaque député de moyens institutionnels et humains pour un meilleur rendement parlementaire ? En plus de cette inutilité et de cette inopportunité, ou peut-être en raison d’elles, le Hcct est une institution budgétivore. Non pas parce que 200 millions, 10 milliards FCFA pour certains, sont trop pour la démocratie, mais parce que le Hcct, en tant qu’institution, ne présente en lui-même aucune utilité marginale pour notre démocratie. En effet, de façon intrinsèque, le Hcct n’a aucun apport, aucune valeur ajoutée. Son existence n’ajoutera rien à notre démocratie, tout comme son inexistence ne lui enlèvera rien. Dès lors, il n’était pas raisonnable de faire une quelconque dépense pour mettre en place une institution dont on a du mal à percevoir ce qu’elle peut apporter par elle-même. Un Homme économiquement rationnel se pose la question suivante lorsqu’il veut faire une dépense : qu’est-ce que cette dépense m’apportera que je n’ai pas sans elle ? Si l’on accepte de se poser la même question à propos du Hcct, alors il sera facile de comprendre que sa mise en place est un luxe que la situation extrêmement difficile que vit le Sénégal, n’autorise pas.

Mouhamadou BA

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15