Accueil / ACTUALITES / Henry Grégoire Diop répond à Me Wade et Cie : «Nous ne sommes le bras armé de qui que ce soit»

Henry Grégoire Diop répond à Me Wade et Cie : «Nous ne sommes le bras armé de qui que ce soit»

 Trois ans après l’activation de la cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), les critiques fusent de partout contre les magistrats qui siègent dans cette institution dite indépendante. Son président, Henry Grégoire Diop est sorti de sa réserve pour répondre à ceux qui l’accusent de tous les noms d’oiseaux, surtout la famille de l’ancien président de la République.

Depuis le démarrage du procès Karim Wade et Cie, poursuivis pour enrichissement illicite, les membres de l’opposition n’ont cessé d’envoyer des piques aux magistrats de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). Hier, son patron, Henry Grégoire a voulu dire halte aux calomnies contre lui et ses collègues. «Depuis que nous sommes là, des gens avancent des informations selon lesquelles nous recevons des instructions. Personne ne peut nous donner des instructions. Les magistrats du siège ne reçoivent pas d’instructions», rectifiera Henry Grégoire Diop, visiblement très remonté contre ses détracteurs.

Il a profité du procès de l’ancien puissant patron du Cadastre, Tahibou Ndiaye pour dire ses quatre vérités à Me Abdoulaye Wade et sa bande, qui l’accusent d’être de connivence avec le Palais de la république. «Qu’ils sachent encore que nous sommes des magistrats indépendants. Nous ne sommes le bras armé de qui que ce soit», insistera-t-il. Sur un ton plus professoral, le magistrat de rappeler que les réquisitoires du parquet spécial ne s’imposent pas à la Cour. Pour lui, la justice est rendue à tout individu dans toute sa rigueur. Le juge est d’avis que certains comportements laissent entrevoir que les juges sont aux ordres. Réputé juge rigoureux, Henry Grégoire DIop avait longtemps gardé le silence sur ces attaques venant notamment de l’entourage direct de Me Abdoulaye Wade.

Ibrahima Khalil DIEME

À voir aussi

NOUVELLE PROBLEMATIQUE DE SECURITE AU SENEGAL Comment maintenir l’ordre sans mort d’homme

La mort du jeune Yamadou Sagna à Saraya, dans une localité située à Kédougou, a …