Accueil / SANTE / Hépatites B et C: Deux millions de Sénégalais sont porteurs des viru

Hépatites B et C: Deux millions de Sénégalais sont porteurs des viru

Près de deux millions d’individus sont porteurs des virus des hépatites B et C au Sénégal. Ces chiffres ont été révélés par la coordinatrice du Programme national de lutte contre les hépatites (PNLH), le Professeur Aminata Sall Diallo.

« On est à 1,8 million de porteurs, soit près de 2 millions d’individus porteurs des virus de l’hépatite B et de l’hépatite C », a déclaré  le Pr Aminata Sall Diallo, coordinatrice du PNLH, lors Comité régional de développement (CRD) portant sur la préparation de l’édition 2018 de la journée nationale de lutte contre les hépatites, prévues le 28 juillet.

Selon elle, en termes de santé publique, quand on dit que 10% de la population du Sénégal sont des porteurs chroniques du virus de l’hépatite B, cela fait 1,5 million d’individus atteints par cette maladie. « Et quand on dit que 2% de la population générale sont atteints du virus de l’hépatite C, on est à 300.000 porteurs », a dit Mme Diallo.

Selon le Pr Aminata Sall Diallo, avec près de 2 millions de porteurs, à traiter par les seuls médecins résidant à Dakar, ce n’est pas possible. Il faut qu’on forme l’ensemble des médecins pour la prise en charge de ces malades.

Ainsi, Mme Diallo de soutenir que cette année, la commune de Niakhar va abriter la cérémonie officielle en présence du Ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr. « A l’issue de cette journée nationale prévue à Niakhar, nous allons revenir à Fatick pour former des médecins sur une prise en charge optimale des malades dans la région », a-t-elle annoncé.

Pour le Pr, près de deux millions de porteurs des virus d’hépatites B et C, c’est beaucoup. On ne peut pas continuer à envoyer tout le monde à Dakar. « La solution, pour elle, sera désormais de décentraliser la prise en charge médicale dans les régions. Tout se faisait à Dakar, de la prise en charge des malades, la surveillance des malades, jusqu’à la distribution des médicaments. Et pour la première fois dans notre histoire, nous allons décentraliser toutes ces activités au niveau de Niakhar, d’abord à travers cette journée », a-t-elle dit.

 

Khady Thiam COLY

À voir aussi

Afrique de l’Ouest: L’OOAS souhaite renforcer les capacités des laboratoires

La cérémonie d’ouverture de l’atelier des auditeurs de la CEDEAO sur le processus graduel d’amélioration des …

And Gueusseum boycotte le Pev

L’’introduction, dans la première quinzaine du mois de novembre 2018, du vaccin contre le cancer …