ACTUALITE

Hissène Habré reste muet face à ses juges

  • Date: 3 juin 2015

En prélude à l’ouverture du procès d’Hissène Habré à Dakar le 20 juillet, les chambres africaines extraordinaires qui doivent le juger ont procédé mercredi 3 juin à l’interrogatoire d’identité de l’ancien président tchadien. Une formalité qui donne le ton du procès à venir.

Comme cela été le cas pendant les 19 mois d’instruction, l’ancien président du Tchad, Hissène Habré, est resté muet face au président des chambres africaines extraordinaires, la juridiction chargée du procès. Hissène Habré s’est présenté avec ses avocats selon lesquels leur client a dû être porté pour être sorti de la prison.

« C’est une note d’extraction qui a été exécutée et les éléments de l’administration pénitentiaire lui ont demandé de la suivre, explique le procureur général des chambres, Mbacké Fall. Donc il a été amené sans violence ni heurt et il est reparti comme il était venu et à aucun moment il ne s’est plaint devant le juge pour dire qu’il a été brimé ou qu’on a exercé des violences sur sa personne. »

L’interrogatoire à sens unique a duré une vingtaine de minutes. Le président a toléré qu’Hissène Habré porte son habituel turban. A sa sortie, l’homme de 73 ans a salué quelques-uns de ses soutiens avant de regagner la prison. Le 20 juillet prochain, premier jour du procès, le président pourra choisir de le faire comparaitre, de force si nécessaire.

« S’il refuse de venir, le président peut l’y contraindre. Il peut aussi le dispenser de comparaitre. Mais le principe c’est la comparution. »

Inculpé notamment pour crimes contre l’humanité, Hissène Habré ne reconnait pas l’autorité du tribunal créé par un accord entre l’Union africaine et le Sénégal.

Rfi

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15