Accueil / ACTUALITES / Hollande en Afrique : trois jours pour renouer avec les alliés négligés
Aéroport de Cotonou, le jour de l'arrivée de François Hollande, le 1er juillet 2015. © Pierre Boisselet/J.A.

Hollande en Afrique : trois jours pour renouer avec les alliés négligés

Le président français est attendu ce mercredi soir vers minuit au Bénin, pour débuter une tournée africaine de trois jours, qui le conduira également en Angola et au Cameroun. Des pays rarement visités par les chefs d’État français.

Tout est en place. Les drapeaux béninois et français côte à côte, sur le tarmac de l’aéroport de Cotonou ou encore le grand panneau publicitaire, à sa sortie, souhaitant la bienvenue à François Hollande. Cela fait plus de 32 ans qu’un président français ne s’était pas rendu en visite officielle au Bénin en dehors des sommets. Et cette attente pourrait encore se prolonger de quelques heures. L’avion du président français ne devrait pas se poser avant tard dans la nuit béninoise, probablement autour de minuit. Si tard, en tout cas, que la présence, initialement prévue, de son homologue Boni Yayi pour l’accueillir n’est plus certaine.

Le président béninois avait été le premier chef d’État africain à rendre visite à François Hollande à l’Élysée, en juin 2012, et l’avait invité à Cotonou en retour. François Hollande honore donc enfin son invitation et devrait en profiter pour saluer l’un des rares dirigeants africains qui a annoncé, à de maintes reprises, son intention de quitter le pouvoir dans le strict respect de la Constitution de son pays.

Luanda et Yaoundé, rares escales

L’Angola et le Cameroun, les deux étapes suivantes de cette tournée, sont également rarement visitées par les présidents français. Les relations franco-angolaises ont longtemps souffert du scandale dit de « l’Angolagate », jusqu’à une réconciliation amorcée sous Nicolas Sarkozy (il s’était rendu à Luanda en 2008). Le réchauffement s’est confirmé sous Hollande et pourrait bien bénéficier aux opérateurs économiques français. Même si le ministre français des Finances, Michel Sapin, n’a pas pu prendre part au voyage comme initialement prévu (il est retenu à Paris par la crise grecque), une cinquantaine d’entreprises françaises doivent participer à un forum économique à Luanda au cours duquel des signatures de contrat sont attendues.

Restera le Cameroun, autre pays historiquement proche de Paris qui n’a jamais été visité ni par Nicolas Sarkozy, ni par François Hollande. Face aux nombreuses crises en cours chez ses voisins (en Centrafrique d’un côté, et avec Boko Haram au Nigeria de l’autre), Yaoundé s’estime parfois insuffisamment soutenu par Paris. Au cours des quelques heures que François Hollande passera dans la capitale camerounaise – sept, tout au plus – Hollande devra donc rassurer Paul Biya, tout en essayant de régler le sort de la Franco-Camerounaise condamnée à 25 ans de prison, Lydienne Yen-Eyoum, et en rencontrant l’opposition et les ONG de défense des droits de l’homme. Une parfaite illustration du délicat équilibre de la politique africaine de Hollande, entre promotion des « valeurs » et sécurité.

Jeuneafrique.com

Share This:

À voir aussi

ANTONY MOTHAE MARUPING, COMMISSAIRE AUX AFFAIRES ECONOMIQUE DE L’UA « Cette fois, nous arriverons  »

Dakar a abrité depuis hier la dixième réunion annuelle du comité  technique spécial de l’Union …