SOCIETE

HOMICIDE INVOLONTAIRE SUR L’AUTOROUTE À PEAGE La partie civile réclame 5 milliards F Cfa au Pdg de Senac Sa

  • Date: 29 janvier 2016

 5 milliards de nos francs. C’est la rondelette somme que l’avocat de la famille du défunt, Gora Thiam, réclame à l’entreprise Senac Sa poursuivie pour homicide involontaire, suite à l’accident mortel qui s’était produit, le mercredi 5 août 2015, sur l’autoroute à péage au cours duquel Gora Thiam avait heurté une vache.  

L’avocat de la victime avait organisé une conférence de presse, il y a quelque temps. Hier jeudi, il a fait une plaidoirie de plus d’une heure pour dire toute la souffrance de son client, mort sur l’autoroute à péage. À la barre du Tribunal correctionnel de Dakar, Me Khoureychi Bâ n’a raté aucune virgule de ce dossier. Une affaire qui part de la nuit du mercredi 5 août dernier, jour de la mort du sieur Gora Thiam. Qui, revenant de Thiès,  avait emprunté l’autoroute à péage. Roulant à vive allure mais en toute sécurité, à bord de sa moto avec un passager derrière, Gora Thiam a heurté une vache dans le tronçon Diamniadio-Pikine plus précisément à quelques mètres de Keur Ndiaye Lô. Un choc brutal qui a causé la mort de Gora Thiam et de la vache. Il ressort des débats d’audience que quatre (4) autres véhicules sont passés sur Gora Thiam lorsque celui-ci est tombé de sa moto. Entendu par les enquêteurs, le propriétaire de la vache a expliqué que tout le troupeau était réuni mais cette vache est sortie nuitamment pour aller se promener. Elle est passée par une brèche qui a été ouverte dans le grillage pour s’engouffrer dans l’autoroute à péage. Par ailleurs, ce dossier a été encore débattu, hier, à la barre du Tribunal correctionnel de Dakar.

Prévenu dans cette affaire, Gérard Senac, par ailleurs, Pdg de Senac Sa, poursuivi pour homicide involontaire déclare : « Je ne regrette pas cet accident et je ne dis pas que nous sommes responsables parce que nous avons respecté le contrat et l’utilisation de l’autoroute à péage ». En réponse à une interpellation de la partie civile disant que l’électrification de cet axe pourrait réduire les risques d’accidents, M. Senac rétorque : « L’option de mettre de l’électricité sur la totalité de l’autoroute à péage a été retirée du contrat ».

Invitée à faire sa plaidoirie, la partie civile est d’abord revenue sur l’objet de leur combat. « La partie civile se bat pour ce qu’elle n’a pas. Elle n’a pas la certitude qu’elle ne sera pas seule dans sa souffrance ». Parlant d’homicide involontaire, la robe noire indique pour le principe, quand il y a meurtre par accident, le suspect est envoyé en prison. Cependant, dans ce dossier, le principe a été renié. Toutefois, Me Khoureychi Bâ a réclamé 5 milliards F Cfa à titre de dommages et intérêts.

Pour sa part, le maître des poursuites s’en est rapporté à la décision que le tribunal rendra le 10 mars prochain, jour du délibéré. Prenant la parole en dernier, Me François Sarr, par ailleurs, avocat de la défense, a dégagé les responsabilités des sociétés Senac Sa et Eiffage et de l’État du Sénégal.  Pour terminer, la défense a plaidé la relaxe avant de demander que la partie civile soit déboutée. À l’en croire, il n’y a pas de jugement d’hérédité pour attester la qualité du beau-frère de la victime.

Cheikh Moussa Sarr

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15